Autoroutes : Bercy annonce les repreneurs

 |  | 595 mots
Lecture 3 min.
La décision est tombée pour les autoroutes. Ce matin, le gouvernement a annoncé le nom des repreneurs qu'il a choisis pour les trois sociétés de concessions autoroutières. APRR revient au duo Eiffage-Macquarie, Sanef à Abertis accompagné de la Caisse des Dépôts et de plusieurs assureurs, et ASF à Vinci.- APRR: le dernier point d'interrogation a donc été levé sur le nom du repreneur de 70,2% des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR). C'est le duo franco-australien Eiffage Macquarie qui a remporté le gros lot avec une offre à 61 euros par action. L'offre du consortium représente un investissement maximum de 6,891 milliards d'euros pour l'acquisition de la totalité du capital d'APRR. La participation de l'Etat représente 4,841 milliards d'euros.- Sanef: depuis quelques jours, le nom de l'Espagnol Abertis circulait pour les 75,7% du capital de la Société des Autoroutes du Nord et de l'Est de la France (Sanef). Le groupe espagnol a effectivement été choisi et il est accompagné de la Caisse des Dépôts, de CNP Assurances, d'Axa, de la Financière et Foncière de Participations et de Predica. Le consortium l'a emporté avec une offre à 58 euros par titre. Abertis va investir 4,03 milliards d'euros pour racheter la part de l'Etat. - ASF: enfin, le groupe Vinci était depuis longtemps quasiment désigné pour racheter 50,3% du capital des Autoroutes du Sud de la France, puisqu'il était le seul candidat en lice. Il a donc bien emporté l'offre avec un prix de 50 euros par action, qui sera porté à 51 euros après l'attribution de la section d'autoroute A89. Vinci va dépenser un total de 9,1 milliards d'euros pour racheter le solde du capital des ASF qu'il ne détient pas encore, soit 77%. Vinci va racheter les 50,4% des ASF détenus par l'Etat et lancera une OPA sur les 26,6% du capital détenus par les minoritaires qu'il compte acquérir. Si Vinci réussit à racheter 100% du capital d'ASF, il retirera la société de la Bourse. Le groupe de BTP financera cette opération à hauteur de 2,6 milliards d'euros par de la trésorerie et à hauteur de 6,5 milliards d'euros par endettement. Vinci procédera d'ici 18 mois à une augmentation de capital dont le montant "n'excédera pas 30% du montant total de l'opération", selon le groupe. Le rachat d'ASF permettra au groupe de générer 70 millions d'euros de synergies de coûts dans les dix prochains mois. Par ailleurs, cette opération devrait permettre à Vinci d'envisager de nouvelles acquisitions, selon son PDG Antoine Zacharias.L'incertitude aura été totale jusqu'au dernier moment pour le nom de l'heureux élu au rachat d'APRR. Jusqu'à hier, deux groupes de candidats se livraient bataille. D'abord le duo formé du groupe de BTP français Eiffage accompagné par le fonds d'investissement de la banque australienne Macquarie. Il était opposé à un autre consortium plus large, celui du concessionnaire autoroutier italien Autostrade accompagné de la Caisse des Dépôts française et d'assureurs hexagonaux tels que Axa, AGF ou encore Predica, la filiale d'assurance-vie du Crédit Agricole. Les deux adversaires auront passé deux tours d'enchères. Autostrade-Macquarie aura lutté jusqu'au dernier moment pour bénéficier d'un troisième tour d'enchère et relever son offre.Le produit des cessions de ces participations devrait rapporter 14,8 milliards d'euros à l'Etat, précise Bercy ce matin.En Bourse, les titres des sociétés d'autoroutes réagissent à ces annonces. A la clôture, l'action APRR gagne 0,50% à 59,90 euros. ASF progresse de 1,46% à 49,90 euros, tandis que Sanef perd 1,30% à 57,00 euros. Ce sont les repreneurs qui profitent de l'opération: Vinci gagne 2,98% à 70,95 euros, tandis que Eiffage bondit de 5,68% à 80,90 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :