La Toile s'installe chez les consommateurs français

 |  | 1121 mots
Lecture 5 min.
Le commerce en ligne se démocratise et entre de manière durable dans les habitudes de consommation des internautes: c'est ce qui ressort du baromètre du troisième trimestre publié jeudi dernier par l'Association pour le commerce et les services en ligne (Acsel).Au troisième trimestre, l'Acsel a recensé 9 millions de transactions, en progression de 45,3% par rapport à l'an dernier. Au total, ce sont 767,9 millions d'euros de chiffre d'affaires qui ont été réalisés par l'échantillon de l'Acsel, qui regroupe 24 e-commerçants (dont Expedia, Ooshop, Auchan Direct, Aquarelle...). La progression par rapport à l'an dernier est de 42,4%.Afin de compléter ce baromètre, cinq intermédiaires financiers ont communiqué leurs données sur le paiement en ligne par carte. Le montant global est plus élevé que les chiffres de l'Acsel, étant donné que le périmètre étudié est beaucoup plus large. Le chiffre d'affaires des achats payés par carte bancaire s'est élevé à 1,3 milliard d'euros sur le trimestre, en hausse de 86% sur un an. Au total, ce sont 14,8 millions de transactions qui se sont faites par ce canal, correspondant à un panier moyen par consommateur de 87,83 euros.Les habitudes des e-consommateurs évoluent, tout comme leur profil. Désormais, l'Acsel, en partenariat avec Mediamétrie, dénombre 24,3 millions d'internautes en France, en hausse de 10% sur l'année. Le nombre d'acheteurs en ligne a augmenté sur la période de 27% à 13 millions, soit plus de la moitié des internautes. Un cap dépassé au troisième trimestre après une croissance régulière depuis plusieurs années.Si les e-consommateurs sont de plus en plus nombreux, c'est notamment grâce au développement du haut débit, qui allonge le temps passé sur Internet. En effet, en bas débit l'internaute passe en moyenne 6 heures par mois sur la Toile, alors qu'en haut débit cette durée moyenne passe à 17-18 heures. Et cela devrait continuer avec la croissance des accès à l'Internet sans fil. Sur ce dernier point, pour l'instant aucune donnée n'est disponible, mais on peut penser que le temps passé sur Internet, dans une famille disposant d'un système Wifi, sera plus long étant donné le nombre d'utilisateurs illimité que ce système permet au sein d'un même foyer. Le profil de l'e-consommateur se démocratiseUn portrait peut désormais être dressé des internautes consommateurs. En effet, ils deviennent de plus en plus réguliers dans leurs achats. A titre d'exemple, sur le seul mois de septembre 6,7 millions d'internautes ont fait un achat, soit 52% des e-consommateurs. Médiamétrie et l'Acsel relèvent que la confiance continue à progresser. En effet, l'une des limites à l'achat sur Internet reste pour bon nombre de consommateurs la sécurité dans les transactions. Mais désormais, 13,6 millions d'internautes se déclarent confiants dans l'achat en ligne, soit un taux de confiance de 55,9% contre 47,3% il y a un an.Enfin, Médiamétrie a observé que 51% des femmes internautes consomment sur Internet, presque autant que les hommes qui représentent 56% de la population des internautes. Par ailleurs, de plus en plus de seniors (50 et plus) se mettent à l'achat en ligne, puisqu'ils sont 2,4 millions soit 49% de la population recensée chez les internautes dans cette tranche d'age. Enfin, contrairement aux idées reçues, les "CSP moins" (ouvriers, agriculteurs et employés) sont des acheteurs en ligne de plus en plus nombreux. Ils sont en effet 3 millions d'acheteurs (59% de leur catégorie) contre 2,5 millions l'an dernier.Des secteurs clé dans la consommationAutre indicateur donné par le baromètre Acsel, celui des intentions d'achat qui recense les mots clés les plus tapés dans les moteurs de recherche. 68% des requêtes concernent cinq secteurs d'activité et 49% d'entre elles présentent un caractère commercial. Les intentions d'achat ont augmenté de 61% au troisième trimestre et les secteurs les plus convoités sont la culture et le loisir, les voyage et le tourisme, l'informatique, les services et les rencontres et astrologie.Les secteurs dont la progression en nombre d'intentions est la plus forte sur un an sont l'audio/photo/ciné avec une augmentation de 303%, les transports (+166%) et les vêtements et accessoires (+111%). Toutefois, le mot clé DVD devrait progresser de plus de 200% au mois de décembre, avec les fêtes.Les e-commerçants s'internationalisent Un autre pan de l'e-commerce a été présenté ce matin, concernant les e-commerçants. Leur nombre est difficilement chiffrable en France. Reste que l'Acsel, qui travaille avec le site leguide.com et Powerboutique, a pu donner quelques indications sur ces marchands en ligne.Les sites francophones se diversifient fortement. Leguide.com recense près de 4.800 sites marchands francophones dont 4.431 français. Sur ces sites français, 54,83% commercialisent leurs produits hors de France, dans au moins un pays. En septembre 2004, ils étaient 51,29% soit une croissance de 7,3% en un an. Les e-marchands vendent surtout en Belgique et au Luxembourg, ainsi que dans les pays de l'UE limitrophes. La langue et la proximité géographique expliquent cette tendance. La Suisse devient l'un des pays les plus actifs en matière de commandes pour les sites français.En revanche, seuls 8,52% des e-marchands livrant en France ont leur siège social en dehors du pays. Le classement des pays d'origine de ces sites marchands reste assez classique, et là encore fondé sur la proximité. La Belgique arrive en tête, devant la Suisse et le Royaume-Uni. En revanche, le Canada se place largement devant les sites marchands d'origine américaine. Reste que ces données n'ont été recensées qu'à partir d'un échantillon et d'un panel représentatif, et cela ne donne qu'une indication sur les comportements. Mais à partir de ce panel, on constate que les habitudes de consommation inscrivent dans la durée le développement des achats en ligne. Pour l'Acsel, la progression du chiffre d'affaires enregistrée depuis le début de l'année, soit 50% de hausse sur les neufs premiers mois, permet de tabler sur un montant global de 10 milliards d'euros pour l'ensemble du commerce en ligne en année pleine. Le nombre de transactions pourrait quant à lui s'élever au minimum à 100 millions sur l'année. Les transactions boursières toujours plus nombreusesLe courtage en ligne continue lui aussi à progresser. Sur le troisième trimestre, 2,335 millions d'ordres ont été passés en ligne, soit une hausse de 24,4% par rapport au trimestre précédent. La part de marché des courtiers en ligne a été de 15,58% pour une moyenne de 3,68 ordres exécutés par compte. Au final, le montant total du portefeuille moyen, en fin de trimestre s'est élevé à 35.215 euros. Le panel recensé par Acsel a passé sur la période 1,5 million d'ordres inférieurs ou égaux à 8.000 euros, soit 19,1% des ordres passés sur Euronext Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :