De plus en plus soutenus, les "Don Quichotte" veulent agir aussi en province

 |   |  387  mots
Les personnalités politiques et les associations sont de plus en plus nombreuses à signer la charte de l'association Les enfants de Don Quichotte, qui réclame un logement pour tous. Après l'écho médiatique de son campement pour sans-abri canal Saint-Martin à Paris, elle veut monter des tentes dans d'autres villes en province.

Les tentes ne sont qu'un moyen d'action pour Augustin Legrand, l'un des fondateurs de la jeune association Les enfants de Don Quichotte. Mais un moyen qui s'avère efficace. Alors que 200 tentes de sans-abri sont alignées depuis la mi-décembre sur les bords du canal Saint-Martin à Paris, ce comédien est en passe de gagner son pari: sensibiliser les bien-logés à l'injustice que constituent les personnes vivant dans la rue. Et faire émerger un consensus droite-gauche sur la nécessité d'instaurer un véritable droit au logement, avec recours possible devant la justice.

Les responsables politiques et associatifs sont chaque jour plus nombreux à soutenir l'initiative des "Don Quichotte". Après Bertrand Delanoë, maire de Paris, Christine Boutin, députée UMP et conseillère de Nicolas Sarkozy a annoncé qu'elle signait la charte de l'association. François Hollande, le Premier secrétaire du PS, s'est de son côté "associé" à ce texte, qui réclame notamment davantage de logements sociaux pour les personnes les plus modestes et un droit au logement opposable sur tout le territoire. Le candidat UMP a l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy, a chargé l'avocat Arno Klarsfeld d'une mission sur le logement et la situation des personnes vivant à la rue et Jean-Louis Borloo, ministre de l'Emploi et du logement, a donné quinze jours à Xavier Emmanuelli pour lui remettre un rapport sur le droit au logement opposable.

Les associations de défense des personnes défavorisées ont également apporté leur soutien aux Don Quichotte, dont la charte a déjà été signée par l'association Emmaüs, la Fondation Abbé Pierre, le Secours Catholique et Droit au logement (DAL). L'action de l'association, un temps fustigée par la ministre déléguée à la Cohésion sociale Catherine Vautrin, a été fortement relayée par les médias. Sous l'impulsion du président de la République, le gouvernement a débloqué 70 millions d'euros et promis 10.500 places d'hébergement de longue durée pour les sans-abri d'ici fin 2007. Une action jugée insuffisante par les Enfants de Don Quichotte, qui rappellent que 100.000 personnes vivent aujourd'hui dans la rue en France. L'association souhaite désormais étendre son action dans d'autres villes de province. Une vingtaine de tentes pour sans-abri ont été montées jeudi soir sur les quais de la Loire à Orléans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :