Baisse sensible à Paris

 |   |  205  mots
Pour la deuxième séance consécutive, la Bourse de Paris termine dans le rouge. Le CAC 40 a plongé sous la barre des 5.300 points après la statistique décevante de l'ISM manufacturier aux Etats-Unis, pour clore en baisse de 1,38% à 5.254 points.

C'est Gaz de France qui enregistre le plus fort recul de l'indice parisien. Le titre cède 2,67% à 31,73 euros, alors que la fusion avec Suez semble de plus en plus incertaine. Le Conseil constitutionnel a autorisé hier la privatisation du gazier, mais pas avant le 1er juillet 2007.

Recul important également pour Renault. Le titre se replie de 2,38% à 88,35 euros. Le marché sanctionne la baisse de 33% de ses ventes au mois de novembre sur le marché français.

Alstom perd 0,97% à 86,90 euros malgré une recommandation plus favorable de la banque Oddo Securities.

En revanche, du côté des hausses, EDF a enregistré une performance spectaculaire. Le titre gagne 5,27% à 50,95 euros. Il est porté par la décision du conseil constitutionnel d'assouplir la réglementation des tarifs du gaz et de l'électricité. Cela pourrait permettre à l'électricien d'appliquer à ses clients des prix libres, qui sont plus élevés que les tarifs réglementés.

Progression très importante également pour EADS. L'action prend 2,97% à 22,87 euros. Le conseil d'administration du groupe, qui se tenait aujourd'hui à Amsterdam, aurait décidé de lancer l'Airbus A350.

Hausse sensible pour Natixis, de 2,52% à 21,15 euros. La banque a annoncé que le prix maximum de l'offre publique dans le cadre du placement de ses actions a été fixé à 23,19 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :