Le déficit extérieur français s'est fortement réduit en septembre

Le recul des prix du pétrole et l'amélioration des exportations de biens d'équipement ont permis de limiter le déficit du commerce extérieur français à 1,3 milliard d'euros en septembre contre 2,9 milliards en août. Mais sur les neufs derniers mois, le déficit de 20 milliards d'euros reste bien plus conséquent que celui de la même période l'an dernier.

Après le chiffre très décevant de la croissance française (lire ci-contre) publié ce matin, le solde du commerce extérieur français apporte un peu de réconfort. Le déficit s'est nettement réduit en septembre, à 1,3 milliard d'euros contre 2,9 milliards en août (révisé en baisse). Comme aux Etats-Unis (lire ci-contre), le recul de la facture pétrolière explique en partie cette amélioration.

Les importations, ont ainsi diminué à 34,4 milliards d'euros en septembre contre 35,2 milliards en août, grâce à la baisse des prix du pétrole mais aussi au net repli de certains achats industriels, équipements de transport et produits pharmaceutiques notamment.

Même les exportations participent à cette embellie, puisqu'elles "renouent avec la croissance" et atteignent "un niveau record" en septembre, à 33,1 milliards d'euros contre 32,3 milliards en août, soulignent les Douanes. Le secteur des biens d'équipement a été le principal facteur de cette amélioration, grâce notamment à la nette reprise des livraisons de la branche des transports. Les ventes de ce secteur ont bénéficié à la fois "du niveau exceptionnel des livraisons d'Airbus" et de l'exportation d'un satellite au Kazakhstan, pour un montant de 79 millions d'euros, expliquent les Douanes.

Après un repli en juillet et août, les ventes d'Airbus sont en effet reparties à la hausse, avec 23 appareils vendus pour 1,5 milliard d'euros contre 15 pour 841 millions d'euros en août et 19 pour 1,1 milliard d'euros en juillet. "Les exportations dans le secteur des transports ont fait un bond de 12% sur un mois, alors que les importations ont baissé de 5%", indique Alexander Law, chez Xerfi. En revanche, la performance commerciale du secteur automobile est toujours décevante, avec une nouvelle baisse des exportations (-1,3% par rapport à août).

Mais sur les neufs derniers mois, le déficit cumulé atteint 20 milliards d'euros, soit 5 milliards de plus que sur la même période l'an dernier. "Une dégradation qui s'explique par la hausse de la facture énergétique, la vigueur de la consommation de produits manufacturés importés et la très mauvaise performance à l'exportation de l'industrie automobile (-1,7% sur un an), représentant à elle seule près de 15% des exportations françaises", explique Alexander Law. En revanche, les exportations du reste de l'industrie (hors secteur automobile) affiche une belle hausse de plus de 16% sur un an, en forte accélération par rapport à 2005 (+6%).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.