La consommation française se tasse en mars

 |   |  316  mots
Après le dynamisme des deux premiers mois de l'année, les dépenses des ménages ont reculé de 0,6% en mars, notamment dans le secteur textile. Mais sur le trimestre, l'indicateur gagne 1,1% et reste le soutien essentiel de la croissance.

Simple correction par rapport aux fastes premiers mois de l'année. La consommation des ménages en produits manufacturés, qui représente 27% des dépenses totales des français, a baissé de 0,6% en mars. En février, l'indicateur publié par l'Insee avait gagné 1,4%, contre 1,8% estimés précédent. Les analystes du consensus relevé par BNP Paribas tablaient sur un recul de 1,1% de la consommation au mois de mars, mais compte tenu de la révision en baisse du mois précédent, les chiffres apparaissent conformes à leurs attentes.

"Sur le trimestre, la consommation, en hausse de 1,1%, conserve son rôle de moteur de la croissance française", estime Laure Maillard, économiste chez Ixis, qui maintient donc sa prévision de croissance de 0,5% dans l'Hexagone au premier trimestre. Sur les trois derniers mois de l'année 2005, les dépenses en produits manufacturés avaient seulement gagné 0,4%.

Suite aux soldes de début d'année, mais aussi à cause d'un climat défavorable au mois de mars, les dépenses de consommation en textile-cuir ont fortement chuté, de 8%, après avoir gagné 4,3% en février. Les achats d'automobiles ont également connu une correction, en recul de 0,5% après avoir gagné 1,1% en février. De leur côté, les dépenses en biens d'équipement du logement gardent le vent en poupe, en hausse de 3,8% après 2,9% en janvier.

"Dans les mois à venir, la consommation devrait un peu décélérer en raison de l'augmentation des taux d'intérêt et du faible pouvoir d'achat", estime Laure Maillard. De fait, si le marché de l'emploi semble s'améliorer, les salaires sont attendus légèrement en baisse par l'économiste. Enfin, il est important de noter que l'impact des dépenses des ménages sur l'économie et la production française se réduit en raison de l'engouement des français pour les produits importés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :