Le déficit commercial américain recule grâce à la décrue du pétrole

 |   |  483  mots
Le déficit commercial américain a reculé à 64,3 milliards de dollars en septembre, contre 66 milliards attendus par les économistes et 69 milliards en août. La hausse des importations chinoises a été plus que compensée par le recul des cours du pétrole. Mais le pays devrait néanmoins enregistrer un déficit record en 2007.

La décrue du pétrole est venue au secours du déficit américain au mois de septembre. Après avoir atteint le record de 69 milliards de dollars en août, révisé par rapport aux 69,9 milliards initiaux, le déficit commercial des Etats-Unis s'est réduit à 64,3 milliards de dollars en septembre. Les économistes s'attendaient à une baisse à 66 milliards de dollars. C'est le déficit le plus bas enregistré depuis avril, et sa réduction (-6,8%) est bienvenue après deux mois de records successifs. Le pays a enregistré une baisse des importations après six mois de hausse consécutifs (-2,1% à 187,5 milliards de dollars) conjuguée à une progression des exportations à un niveau record (+0,5% à 123,2 milliards).

Sur les neuf premiers mois de l'année, le déficit commercial atteint 586,2 milliards de dollars, contre 522 milliards de dollars sur la même période de 2005. Les Etats-Unis devraient donc dépasser le record de 717 milliards atteint l'an dernier. Ce creusement inquiète les partenaires des Etats-Unis qui voient le pays vivre au-dessus de ses moyens et s'accommoder de "déficits jumeaux" (commercial et budgétaire) au financement fragile.

La réduction du déficit s'explique essentiellement par la chute des cours du pétrole. Les importations de matières premières et de fournitures industrielles ont reculé de 3,6 milliards de dollars. La balance pétrolière a ainsi réduit son déficit à 22,7 milliards de dollars, alors que le prix moyen à l'importation du baril refluait pour la première fois après cinq mois de hausse successifs (62,52 dollars). Mais les Américains ont aussi moins importé de voitures (-413 millions), moins de biens d'équipement (-555 millions) et moins de produits alimentaires. Du côté des exportations, ils ont vendu plus de matières premières (+1 milliard) et plus de biens d'équipements (+713 millions).

Le rapport souligne cependant une tendance de fond du déficit américain: l'aggravation de la dépendance vis-à-vis des importations chinoises. Le déficit envers la Chine s'est creusé de 4,6% à 23 milliards de dollars, un niveau record qui représente plus du tiers du déficit total. La seule grande catégorie de produits à avoir vu les importations augmenter en septembre, au point d'atteindre un niveau record, est d'ailleurs celle des biens de consommation (vêtements, magnétoscopes...) où les Chinois excellent à produire des biens à bas prix. Ces chiffres devraient alimenter les tensions entre Washington et Pékin, accusé de maintenir le yuan a un bas niveau pour rivaliser avec les produits étrangers.


La confiance des ménages américains reste bonne
L'indice de confiance des consommateurs américains, établi par l'université du Michigan, a baissé à 92,3 points en novembre contre 93,6 points en octobre, selon les chiffres provisoires publiés aujourd'hui. Les analystes tablaient sur un indice à 94 points. L'indice reste proche de son plus haut niveau depuis 15 mois, grâce au recul du prix de l'essence et à la vigueur du marché de l'emploi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :