L'ONU ouvre la 12e conférence sur le climat à Nairobi

 |   |  471  mots
La deuxième rencontre des pays signataires de la convention CCNUCC dans le cadre du protocole de Kyoto a démarré aujourd'hui à Nairobi. Les spécialistes semblent pessimistes sur la rapidité des solutions nécessaires pour répondre au problème du changement climatique. Un sujet aujourd'hui très médiatisé.

Du 6 au 17 novembre se déroule à Nairobi, au Kenya, la 12ème conférence sur le changement climatique. C'est la deuxième rencontre dans le cadre du protocole de Kyoto. Seront présents les 189 pays signataires de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). C'est donc pour la première fois en Afrique sub-saharienne, où la sécheresse liée au réchauffement climatique se fait ressentir le plus vivement, que seront débattues les mesures de lutte contre ce fléau.

Le protocole de Kyoto prévoit que 35 pays industrialisés réduisent leur effet de serre (GES) de 5,2% d'ici à 2012 par rapport à 1990. Un voeu pieu, compte tenu de la difficulté des pays à respecter leurs engagements. En outre se pose toujours le problème de l'hostilité des Etats-Unis, premier pollueur mondial et de l'Australie face au protocole en raison du danger qu'il présente pour la croissance économique. Mais selon le rapport publié fin octobre par l'économiste britannique Sir Nicolas Stern, le réchauffement climatique pourrait coûter à l'économie mondiale jusqu'à 5.500 milliards d'euros si les gouvernements ne prennent pas des mesures radicales dans les dix prochaines années.

La position des Etats-Unis sur le protocole de Kyoto, qu'ils n'ont pas ratifié, ne devrait pas changer "pendant la présidence" de George W. Bush, a déclaré durant cette première journée de conférence le président de la délégation américaine Harlan Watson.

Si aucune mesure d'envergure n'est prise à court terme, la température pourrait grimper entre 1,4 et 5,8 degrés Celsius d'ici la fin du siècle. Selon Paul Watkinson, le négociateur du "climat" de la France, "les années 2006 et 2007 serviront à créer les conditions politiques pour lancer une véritable négociation en ...2008". "Les négociations sur le futur régime international après 2012 doivent être finalisées pour fin 2008 au plus tard", prévient de son côté le Réseau action climat (RAC).

Le magnat des médias Rupert Murdoch, autrefois sceptique sur la question du réchauffement climatique, a aujourd'hui appelé à l'établissement d'un nouveau traité différent du Protocole de Kyoto, qui serait acceptable pour tous les pays, y compris les économies émergentes.

Aujourd'hui très médiatisé, en France notamment avec la sortie du documentaire de Al Gore "Une vérité qui dérange" et "La terre vu du ciel" de Yann Artus Bertrand diffusé sur France 2 en octobre dernier, le problème du réchauffement climatique devient un enjeu électoral. Laurent Fabius, candidat à l'investiture socialiste pour la présidentielle, a ainsi proposé aujourd'hui à Nicolas Hulot de devenir "le numéro deux" du gouvernement qu'il formerait, s'il était élu président de la République. Nicolas Hulot présentera demain matin l'ensemble des cinq mesures qu'il propose pour lutter contre le réchauffement climatique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :