L'école maternelle aussi chère que Harvard...

 |   |  456  mots
Pour la première fois dans l'histoire de New York, une école s'apprête à faire payer des frais de scolarité supérieurs à 30.000 dollars pour ses classes de lycée. La Grosse pomme s'embourgeoise à en perdre la raison.

"J'ai vu New York, New York USA, j'ai jamais rien vu d'aussi haut!", aimait à chanter Serge Gainsbourg. Depuis longtemps dépassée en matière de gratte-ciel, la Grosse pomme bat régulièrement son propre record pour ce qui est des frais de scolarité. La semaine dernière, pour la première fois dans l'histoire de la ville, les parents d'élèves d'une école, la Riverdale Country School, ont eu la désagréable surprise d'apprendre qu'ils allaient devoir payer plus de 30.000 dollars - par enfant - pour financer une année de lycée au cours de l'année scolaire 2006-2007.

Afin de mieux rémunérer ses enseignants et demeurer en tête de liste des écoles les plus cotées de la ville, l'établissement a augmenté ses tarifs de 6,2% à 30.170 dollars pour ses classes de lycée et de 6,9% à 28.770 dollars pour son jardin d'enfant. Des sommes astronomiques par rapport aux tarifs pratiqués par les écoles privées européennes, même les plus onéreuses, qu'elles se situent à Paris, Bruxelles ou Londres.

A New York en revanche, de telles factures ne donnent plus le vertige à qui que ce soit, ou presque. En dix ans, le prix moyen d'une inscription en "12th grade", qui correspond peu ou prou à notre Terminale française, a grimpé de 32,3% à 27.600 dollars dans le privé. Au niveau national, les frais de scolarité moyens s'inscrivent à 16.970 dollars pour le lycée.

Rien n'indique, bien au contraire, que le phénomène devrait s'essouffler. La "ville qui ne dort jamais" est arrosée chaque année par les bonus des quelques 160.000 employés de Wall Street, où un record a là aussi été battu en 2005, avec 21,5 milliards de dollars distribués. Dans un contexte où la "gentrification" de la ville, et surtout de Manhattan, ne semble plus connaître de limites (le prix moyen d'un appartement s'élève à 1,2 million de dollars), les établissements du privé se sentent pousser des ailes. D'autant que le système public ne peut faire face à la croissance de la population scolaire et à une natalité qui a grimpé de 26% en quatre ans. Selon la Ligue des parents de New York, il ne serait pas surprenant que certaines écoles fassent payer l'année scolaire à hauteur de 50.000 dollars à l'horizon 2015...

On comprend mieux, dans ce contexte, l'émergence de "coachs", dont certains sont payés jusqu'à 6.000 dollars pour conseiller les parents désireux d'inscrire leurs bambins dans les meilleures maternelles de la ville. Car pour l'élite new-yorkaise, c'est dès ces petites classes que se joue l'éducation d'un enfant. Ce qui justifie donc qu'une année de "pre-K" coûte parfois plus cher qu'une année de licence à Harvard. "C'est haut New York, New York USA!".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :