Deutsche Börse renonce à Euronext

 |   |  509  mots
Fin du suspens. Après avoir dit le 7 novembre qu'elle renonçait à son projet de fusion avec la Bourse de milan, Deutsche Börse a annoncé ce mercredi matin qu'elle retirait également son offre de fusion avec Euronext, confirmant les informations de presse.Deutsche Börse met ainsi fin à plus d'une année de tergiversations et laisse le champ libre au Nyse (New York Stock Exchange) pour fusionner avec la place paneuropéenne Euronext. En Bourse, cette nouvelle se traduit par une baisse violente du titre Euronext, qui n'est plus porté par la spéculation. L'action recule de 5,29% à 85,05 euros à la clôture, à la suite de l'annonce de Deutsche Börse, à mi-séance. Le titre avait déjà cédé plus de 4% hier soir, en raison des rumeurs de retrait de Deutsche Börse (voir ci-contre).Ainsi, la résistance d'Euronext aura eu raison de l'insistance de Deutsche Börse pour créer un acteur européen majeur. La Bourse allemande a aussi dû plier face à la forte augmentation du cours de l'action Euronext, depuis une semaine. Surtout sur un an, le titre a pris 132%! De quoi décourager les velléités. D'autant que le groupe a indiqué qu'il ne souhaitait pas faire de concession supplémentaire pour mettre en oeuvre une fusion.Le retrait de l'offre de rapprochement avec Euronext intervient ainsi une semaine après l'annonce par Deutsche Börse de la suspension des discussions avec Borsa Italiana, en vue d'une consolidation du secteur européen des marchés.En tout état de cause, cette marche arrière de Deutsche Börse risque de ne pas satisfaire Paris, tandis que le gouvernement s'était clairement affirmé en faveur d'un rapprochement européen des Bourses, plutôt qu'une fusion transatlantique. C'est aussi ce que préconisait pour une première étape le rapport d'Henri Lachmann, président du conseil de surveillance de Schneider Electric.Commandé par Europlace, son rapport sur la consolidation des Bourses mondiales prônait une solution européenne, avant d'envisager une fusion américaine d'Euronext avec le Nyse. Henri Lachmann avait d'ailleurs indiqué qu'Euronext avait beaucoup moins à gagner d'un tel rapprochement transatlantique que d'une fusion avec les activités d'échanges d'actions de Deutsche Börse.De son côté, le ministre de l'Economie de la Hesse, en Allemagne, où est basé Deutsche Börse, regrette l'échec des négociations.A Francfort, le titre Deutsche Börse recule de 4,79% à 125 euros à la clôture.Paris Europlace fait part de ses "regrets"Posture ou sincérité ? Paris Europlace, l'association de promotion de la place boursière de Paris, regrette dans un communiqué -dans lequel s'exprime son président Gérard Mestrallet (par ailleurs patron du groupe Suez qui doit bientôt épouser Gaz de France)- "que Deutsche Börse n'ait pas saisi la main tendue par le rapport Lachmann, réalisé à la demande de Paris Europlace, et notamment la proposition faite par le rapport de fusionner les activités de négociation sur actions de Deutsche Börse avec celles d'Euronext, en échange d'actions d'Euronext".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :