Cession en vue des 7,5% de DaimlerChrysler dans EADS

 |   |  477  mots
Selon le quotidien des affaires allemand Handelsblatt, partenaire de La Tribune, le feuilleton sur l'évolution du capital d'EADS touche à sa fin. Le constructeur automobile DaimlerChrysler et le gouvernement allemand devraient annoncer la semaine prochaine que les 7,5% du capital du groupe européen d'aéronautique et d'armement, maison-mère d'Airbus, que Daimler veut céder seront repris par un consortium de banques allemandes.Les négociations menées à cet effet depuis plusieurs semaines par Berlin, DaimlerChrysler et les acheteurs potentiels "sont proches de la conclusion", selon une source du ministère des Finances non identifiée citée par le Handelsblatt. Deutsche Bank, Commerzbank et Goldman Sachs seraient parmi les banques en question, mais également la banque publique régionale WestLB.Intervenant lors d'un point de presse, le porte-parole du gouvernement a indiqué ce matin que "les grandes lignes d'un accord ont été atteintes mais l'une ou l'autre modalité ont encore besoin d'être discutées".Dans EADS, c'est DaimlerChrysler qui représentait jusque ici les intérêts allemands avec à l'origine 30% du capital qui sont en train de passer à 22,5% mais Daimler souhaitait descendre encore à 15%. Or, Berlin mettait comme préalable le maintien de la parité dans le tour de table avec les Français. Le "camp" tricolore est, lui, représenté par la holding Sogeade. Elle est composée de l'Etat français à 15% (qui veut rester à ce niveau) et du groupe privé Lagardère. Lagardère qui détenait à l'origine lui aussi 15% va progressivement passer à 7,5% même si c'est lui qui conserve le management côté français (tant qu'il ne passe pas sous la barre des 6% en vertu des règles de la "commandite néerlandaise" qui régissent le fonctionnement d'EADS - société enregistrée aux Pays-Bas pour des raisons de neutralité...et sans doute aussi de fiscalité - et de son actionnariat).La compagnie chinoise Spring Airlines va financer son achat d'AirbusLa compagnie aérienne privée chinoise à bas coût Spring Airlines envisage de s'associer avec un investisseur stratégique en 2008 - par exemple l'américaine Citibank - avant une introduction en Bourse l'année suivante, notamment pour financer l'achat d'Airbus, rapporte le China Business News, citant son président. Selon Wang Zhenghua, le président de la compagnie basée à Shanghai, Spring Airlines compte acheter pour huit milliards de yuans (un milliard de dollars) d'appareils et a déjà demandé à acquérir 20 des 150 A320 commandés par la Chine à Airbus, à l'occasion de la visite en octobre du président français Jacques Chirac. Spring Airlines, filiale du voyagiste privé Spring International Travel Services, qui a fait ses débuts en juillet 2005, opère actuellement quatre A320. Selon la même source, les bénéfices de la compagnie ont désormais dépassé 20 millions de yuans. En janvier, Spring avait indiqué accuser des pertes d'environ 2 millions de yuans par mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :