Areva livre deux réacteurs EPR à la Chine pour 8 milliards d'euros

Le groupe nucléaire français a enfin conclu un accord avec la Chine pour la vente de deux réacteurs nucléaires EPR et du combustible nécessaire à leur fonctionnement, pour un montant total de 8 milliards d'euros. EDF financera ce projet à hauteur de 30%. Par ailleurs, Total a fait savoir qu'il était intéressé à augmenter sa participation dans le capital d'Areva.

C'est fois c'est fait! A l'occasion du voyage présidentiel de Nicolas Sarkozy en Chine, le groupe nucléaire français Areva a enfin conclu un accord avec la Chine pour la vente de deux réacteurs nucléaires EPR et du combustible nécessaire à leur fonctionnement, pour un montant total de 8 milliards d'euros. Ce contrat était évoqué depuis plusieurs mois mais la signature n'est intervenue que ce lundi. Selon la présidente du directoire du groupe Anne Lauvergeon, il s'agit d' "un contrat record; il n'y a pas dans l'histoire du nucléaire civil un contrat de cette taille".

EDF financera à hauteur de 30% les deux réacteurs qu'Areva a vendu à la Chine. Le financement sera fait en fonction d'un rapport entre fonds propres et dette dans les prochains mois, selon une source proche du dossier qui précise que l'engagement d'EDF devrait être de l'ordre de 500 millions d'euros. Pour Pierre Gadonneix, P-DG d'EDF, "cette signature permet de franchir une étape décisive pour EDF qui va devenir pour la première fois investisseur et exploitant dans la production nucléaire en Chine".

Les deux réacteurs, qui doivent être livrés par Areva entre fin 2013 et 2015, seront installés à Taishan, dans la province de Guangdong (sud du pays). Cet accord est valable jusqu'en 2026. Après la Finlande et la France, la Chine comptera les 3ème et 4ème EPR en construction dans le monde. Pour la première fois, le contrat a été libellé à la fois en dollar et en euro. Un tour de force qu'à réussi à imposer Anne Lauvergeon, permettant d'avantager le groupe français dans un contexte de monnaie européenne très forte. "Donc nous n'avons pas de risque de change", se félicite Anne Lauvergeon.

L'accord porte également sur la création d'une société d'ingénierie commune avec le partenaire chinois d'Areva, le groupe public CGNPC (China Guangdong Nuclear Power Corp.). Par ailleurs, CGNPC prendra 35% dans trois mines situées en Afrique, que le groupe nucléaire français avait acquises en juillet en prenant le contrôle du producteur canadien Uramin. Gros consommateur d'énergies fossiles, inquiète de sa dépendance énergétique croissante et de sa forte pollution, la Chine entend se doter d'une capacité de production d'origine nucléaire de 40.000 MW en 2020, soit à peu près quatre fois plus que fin 2005. Aujourd'hui, le pays possède onze réacteurs sur six installations. Huit réacteurs sont en construction et huit sites sont au stade des préparatifs.

L'accord avec Areva dotera en outre la Chine de deux réacteurs à eau sous pression (EPR) de 1.600 MW, plus puissants que ceux qu'elle possède à ce jour. Son électricité est actuellement à 80% d'origine thermique: charbon, pétrole, gaz. Le nucléaire compte pour moins de 2%.


Total intéressé à investir dans le capital d'Areva
Total qui détient environ 1% du capital du groupe nucléaire français n'exclut pas d'augmenter sa participation dans le groupe Areva, en cas d'évolution du capital, a déclaré dimanche Christophe de Margerie, patron du groupe pétrolier français. Et d'ajouter: "Ce qui nous intéresse surtout est de faire des investissements comme opérateur plutôt que faire des investissements financiers minoritaires". Le patron du pétrolier français s'exprimait lors d'un dîner à Pékin auquel participait également son homologue d'Areva, Anne Lauvergeon. Laquelle estime, ce lundi matin sur Europe que Areva est "un sujet trop stratégique pour (...) nécessairement devenir un objet de quelqu'appétit que ce soit. Il sera beaucoup plus intéressant de développer Areva sur ses bases et ses forces propres".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.