Quand les voix se font instruments

Laurence Equilbey et les chanteurs d'Accentus revisitent avec bonheur des oeuvres musicales.

Comment renouveler l'interprétation d'une oeuvre aussi célèbre que l'Hiver de Vivaldi ? En la chantant à la façon d'un motet du 18ème siècle !
Tel est le défi relevé par Laurence Equilbey qui, au fil de ses deux albums de transcriptions, nous a révélé une autre façon de concevoir la musique instrumentale : avec ses chanteurs d'Accentus et la complicité des compositeurs Franck Krawczyk, Gérard Pesson ou encore Clytus Gottwald, elle est allée plus loin dans sa démarche que n'importe quel autre musicien, en associant des textes poétiques aux partitions.

De l'Adagietto de la 5ème symphonie de Mahler qui, en hommage à Visconti, rythme des vers du poète allemand August von Platen à la musique pour piano de Scriabine qui devient un chant à la lune, Laurence Equilbey a su faire preuve d'audace mais aussi d'une parfaite fidélité. "On se prend à rêver que les oeuvres transcrites auraient pu être écrites directement ainsi" nous dit-elle.

Retrouvez Laurence Equilbey et ses chanteurs d'Accentus samedi 31 mars à Pleyel dans un florilège de ces transcriptions.


Renseignements pratiques :
Samedi 31 mars à 20h00, Salle Pleyel
Accentus
Laurence Equilbey, direction
Transcriptions pour choeur de chambre d'oeuvres de Samuel Barber, Richard Wagner, Gustav Mahler, Maurice Ravel et Claude Debussy
Réservation : 01 42 56 13 13 / www.sallepleyel.fr
Nouvelle parution :
Transcriptions 2
Naîve V 5048

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.