Vigueur de la livre et recul de la demande pèsent sur production industrielle britannique

 |   |  296  mots
Le renchérissement de la livre sterling et le recul de la demande européenne et américaine continuent de peser sur la production de la Grande-Bretagne. La production manufacturière, qui exclut l'énergie, a fait un peu mieux que prévu.

La Grande-Bretagne souffre de la vigueur de sa monnaie et de la baisse de la demande de ses principaux partenaires commerciaux. Sa production industrielle a enregistré en décembre une baisse inattendue de 0,1%, selon les chiffres de l'Office national de la statistique. Sur un an, elle a progressé de 0,4%, un chiffre inférieur au 0,6% attendu en moyenne par les économistes. En revanche, la production manufacturière, qui exclut le secteur de l'énergie, s'est adjugée 0,2% en décembre, mieux que les 0,1% de hausse attendus en moyenne par les économistes, et elle a augmenté de 2,3% en rythme annuel, contre 2,6% en novembre.

"Compte tenu de la volatilité de cet indicateur, il convient de l'étudier sur des périodes de trois mois pour se rendre réellement compte de la santé du secteur manufacturier", indique Alexis Garatti, économiste chez Natixis. Et de ce point de vue, la production manufacturière n'a cessé de décélérer depuis juillet puisqu'elle progressait alors de 1% sur trois mois pour finalement stagner en décembre.

De son côté, la production industrielle a décru de 0,2% sur trois mois en décembre après une hausse de 0,1% en novembre. L'industrie minière et d'extraction a fortement chuté de 0,6% sur trois mois en décembre et la production de gaz, d'électricité et d'eau ont de leur côté décru encore plus fortement de 1,7% sur trois mois. Tous ces chiffres confirment à la fois la baisse des capacités d'utilisation, et le fait que l'industrie souffre de la valorisation de la livre sterling et du recul de la demande de la part de l'Europe et des Etats-Unis. La livre a gagné 13% l'an dernier face à un panier des principales autres devises et s'inscrit à un plus haut depuis seize ans par rapport à elles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :