Le Venezuela va inscrire dans la loi la nationalisation de son pétrole

 |   |  310  mots
Le gouvernement du Venezuela compte inscrire dans la loi la "nationalisation" du pétrole qui assure à l'Etat une part majoritaire au sein des compagnies mixtes opérant dans le pays en association avec le groupe public PDVSA. Le ministre de l'Energie Rafael Ramirez a toutefois indiqué que Caracas n'était pas encore parvenu à trouver un accord avec celles opérant dans la ceinture de l'Orénoque, la région la plus riche en hydrocarbures du pays

Le gouvernement du Venezuela a annoncé ce lundi son intention d'inscrire dans la loi la "nationalisation" du pétrole qui assure à l'Etat une part majoritaire au sein des compagnies mixtes opérant dans le pays latino-américain.

Les multinationales étrangères exploitant le pétrole vénézuélien ont été contraintes l'an dernier par le régime du président socialiste Hugo Chavez à s'associer au sein de ces compagnies mixtes, détenues majoritairement par le géant pétrolier national PDVSA.

Le ministre de l'Energie Rafael Ramirez a toutefois indiqué que Caracas n'était pas encore parvenu à trouver un accord avec celles qui opérent conjointement avec PDVSA dans la ceinture de l'Orénoque, la région la plus riche en hydrocarbures du pays. Les contrats concernant les compagnies opérant dans l'Orénoque font jusqu'ici l'objet d'une exception dans la Constitution actuelle qui devra ainsi être amendée par la nouvelle loi.

"A l'heure qu'il est, il n'y a plus de négociation possible, la nationalisation passera par une loi", a annoncé lors d'une conférence de presse le ministre, également président de PDVSA, assurant que le projet législatif était déjà prêt. Selon Rafael Ramirez, le nouveau texte "établira les termes précis et les délais accordés pour l'adaptation" des compagnies pétrolières. "Nous allons assurer le contrôle majoritaire dans toute la chaîne de production et de commercialisation".

La prise de contrôle des moyens de production dans la ceinture de l'Orénoque, qualifiée de "nationalisation", avait été annoncée la semaine dernière par le chef de l'Etat Hugo Chavez, investi mercredi pour un nouveau mandat de six ans.Seul membre latino-américain de l'Opep, le Venezuela, cinquième exportateur mondial, produit plus de 3 millions de barils par jour, dont la moitié est exportée aux Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :