Wall Street plonge de plus de 3%, inquiétudes généralisées

 |   |  842  mots
Les marchés américains perdent plus de 3% ce mardi, dans le sillage de la chute de la Bourse de Shanghai dans la matinée, de nouvelles tensions géopolitiques et de mauvaises commandes de biens durables. Le Dow Jones abandonne plus exactement 3,29%, le Nasdaq 3,86%.

Dégagements à tout va ce mardi à Wall Street où les indices terminent en forte baisse. En clôture et au terme d'une séance passée unilatéralement dans le rouge, le Dow Jones abandonne 3,29% à 12.216,24 points, tandis que la référence des marchés de technologie, le Nasdaq, plonge de 3,86% à 2.407,87 points.

A l'origine du mouvement, le plongeon de la place de Shanghai dans la matinée (-8,8%, son plus net repli accusé depuis 1997), après les gains de 127% en 2006 et de 13% au cours des six séances précédentes. Cela, sur fond de nouvelles tensions sur le front géopolitique (en Afghanistan, un attentat suicide a été observé près d'un camp militaire américain durant une visite du vice-président Dick Cheney) et de craintes d'un ralentissement économique plus marqué qu'anticipé à la suite de statistiques de commandes de biens durables décevantes pour le mois de janvier. La relative accalmie du côté du pétrole et les statistiques plus rassurantes sur le plan de l'immobilier ou de la confiance des consommateurs ne sont pas parvenues à enrayer la tendance.

Plusieurs statistiques économiques étaient donc programmées ce jour. Plus précisément, une l'était avant les premiers échanges, les commandes de biens durables, les autres une demi-heure après l'ouverture : l'indice de confiance du consommateur du Conference Board et les reventes de logements. Dans le détail, les commandes de biens durables ont plié de 7,8% le mois dernier, en raison notamment de la chute de 19,1% enregistrée dans le matériel de communication. Le marché tablait sur un repli beaucoup plus limité de 2,5%. Hors transport, les commandes ont diminué de 7,8%, soit la plus forte baisse jamais enregistrée. Des chiffres qui corroborent l'hypothèse défendue par l'ancien président de la Fed, Alan Greenspan, selon laquelle les Etats-Unis pourraient entrer en récession en fin d'année, et qui ont occulté un indice de confiance des consommateurs du Conference Board meilleur que prévu. L'indicateur a en effet progressé à 112,5 en février, son meilleur niveau depuis cinq ans et demi, contre 110,2 (révisé de 110,3) en janvier. Les économistes tablaient sur un indice à 108,9. Enfin, les ventes de logements anciens ont progressé de 3% en janvier, au rythme annualisé de 6,46 millions d'unités, c'est le niveau le plus élevé depuis janvier 2005. En décembre, elles avaient augmenté de 0,3%, contre un repli de 0,8% initialement annoncé. Le consensus établi par Reuters tablait sur 6,24 millions d'unités en rythme annualisé le mois dernier, contre 6,27 millions en décembre.

Sur le front du pétrole, l'échéance avril sur le brut de qualité WTI prend finalement 11 cents, à 61,50 après avoir été sujet à des prises de bénéfices durant une bonne partie de la journée.

L'actualité des valeurs était, dans ce contexte, naturellement reléguée au second plan. A noter néanmoins que Xerox, le premier fabricant mondial d'imprimantes et de photocopieurs professionnels, a révisé en baisse ses prévisions de bénéfices pour le premier trimestre en raison de charges de restructuration dans la coentreprise Fuji Xerox, dont il détient 25%. Le groupe table désormais sur un bénéfice compris entre 18 et 20 cents par action, contre 20 à 23 cents auparavant.

Apple Computer baisse de 4,62% à 84,42 dollars. Le groupe informatique a annoncé le report à la mi-mars de la sortie d'Apple TV, initialement prévue en février. Cet appareil est destiné à la diffusion sur un téléviseur de fichiers vidéo stockés sur un ordinateur via une connexion sans fil.

Target, le numéro deux américain de la distribution à bas prix, a fait état d'une croissance de 19% de son bénéfice net à 1,12 milliard de dollars au quatrième trimestre. Le résultat atteint 1,29 dollar par action, soit 2 cents de mieux qu'anticipé par les opérateurs. Les revenus s'apprécient de 16% à 19,7 milliards de dollars.

H.J. Heinz a vu son bénéfice quasiment doubler à 219 millions de dollars au troisième trimestre, dopé par le lancement de nouveaux produits et l'amélioration de son activité à l'international. Ramené à une action, le profit ressort à 66 cents, soit 5 cents de plus que prévu par Reuters Estimates. Les ventes ont augmenté de 5% à 2,3 milliards de dollars.

RadioShack, le distributeur d'électronique grand public, a annoncé un bond de 65% de son bénéfice net à 84,5 millions de dollars au quatrième trimestre à la faveur d'une meilleure gestion des stocks et d'une réduction de ses coûts. Ramené à une action, le profit s'établit à 62 cents, contre 42 cents escomptés par les opérateurs. Le chiffre d'affaires a diminué de 13% à 1,46 milliard de dollars. Pour l'exercice 2007, le groupe table sur un bénéfice compris entre 1 et 1,20 dollar par action, contre 90 cents attendus par Wall Street.

Enfin, Brocade Communications Systems avance de 3,80% à 9,01 dollars. Le spécialiste du stockage de données informatiques a vu son bénéfice net plus que tripler à 33,3 millions de dollars au premier trimestre. Hors éléments exceptionnels, le profit s'établit à 17 cents par action, contre 13 cents anticipés par les analystes. Le chiffre d'affaires a augmenté de 32% à 224,2 millions de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :