Transactions record pour Euronext en 2006

 |   |  332  mots
La bourse paneuropéenne un niveau record de transactions pour 2006, tant sur les marchés cash avec un bond d'activité de 34,7%, que sur les dérivés, en croissance de 21%. Flatteur à la veille du mariage avec le New York Stock Exchange.

A quelques mois de son rapprochement avec le Nyse, le New York Stock Exchange, la bourse paneuropéenne affiche une santé de fer. Elle vient d'annoncer un niveau record de transactions pour 2006, tant sur les marchés cash que sur les dérivés. Sur le premier pôle, elle a réalisé 209 millions de transactions, soit 34,7% de plus que l'année précédente, tandis que sur le marché des dérivés, 730 millions de contrats ont été échangés, soit 21% de plus qu'en 2005.

Avec de tels chiffres d'activité, Euronext qui regroupe les places de Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne et les marchés dérivés de Londres, le Liffe, se présente donc comme le "premier bassin de liquidité en Europe". Sur le marché cash, les transactions ont représenté 2.375 milliards d'euros de capitaux échangés, soit une hausse de 33,2% par rapport à 2005. Cette évolution s'est traduite par une hausse de la capitalisation boursière totale des 1.210 sociétés cotées de 22%, à 2.812 milliards d'euros.

Le nombre d'introductions en bourse et les montants levés l'an dernier affichent aussi un record, puisqu'ils sont à leur plus haut niveau depuis la création d'Euronext. 142 sociétés ont été introduites, permettant de lever 21,4 milliards d'euros. Pour le seul marché des valeurs petites et moyennes, Alternext a enregistré 57 introductions. Par ailleurs, 2006 a également affiché un record pour NextTrack (+99%) et NextWarrants (+64%), les transactions sur ces segments s'élevant respectivement à 690.000 et 7,6 millions.

Les marchés dérivés ont également affiché de bonnes performances l'an dernier : le nombre de contrats sur les produits d'actions a cru de 23% (307 millions), soit un peu plus que la croissance sur les produits de taux (+19% à 412 millions). L'accroissement de la vitesse de négociation et l'élargissement de la base de clients ont contribué à cet effet. Par exemple, le contrat à terme Euribor a enregistré un nouveau record quotidien en avril dernier, avec 2,55 millions de contrats traités, soit 50% de plus que le précédent record établi deux ans plus tôt.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :