L'ONU craint une répétition de la crise de la place Tiananmen en Chine

 |   |  368  mots
La Commission des Nations unies pour l'Asie et le Pacifique prévoit dans un rapport un ralentissement de l'activité dans la région asiatique l'an prochain. Et considère que l'ouverture de la Chine aux influences étrangères joue comme révélateur du manque de démocratie et des inégalités sociales dans ce pays.

La croissance économique devrait légèrement ralentir cette année en Asie, ont pronostiqué mercredi les experts des Nations unies, qui s'attendent cependant à des tensions sociales et politiques en Chine si Pékin ne parvient pas à enrayer les conséquences de la surchauffe sur la population. L'économie de la région devrait progresser de 7,4% cette année contre 7,9% en 2006, prévoit la Commission économique et sociale de l'ONU pour l'Asie et le Pacifique dans un rapport publié à Genève.

La Commission explique ce ralentissement par celui des économies américaine et européenne et aussi que par le repli des cours des matières premières après plusieurs années particulièrement actives. Les deux géants de la région, la Chine et l'Inde, soutiendront cependant l'activité: la Chine, qui doit publier demain une estimation de son activité, avec une croissance attendue à 9,9% contre 10,7% en 2006 et l'Inde avec 9% contre 9,2% l'an dernier.

Mais c'est la surchauffe plus que le ralentissement qui menace l'économie chinoise, jugent les auteurs du rapport, qui s'inquiètent des risques posés par une nouvelle accélération de l'investissement dans ce pays. Une telle évolution pourrait se traduire par des tensions sociales nées de la montée des inégalités, du chômage et de la pollution, selon l'économiste onusien Cape Kasahara, cité par l'AFP (Agence France Presse). "La privatisation des entreprises publiques provoque une désintégration du tissu social", a-t-il relevé.

L'ouverture de la Chine aux influences étrangères dans un contexte de mondialisation accélérée pourrait aussi avoir des conséquences pour le régime communiste, a-t-il pronostiqué. "A mesure que les gens prennent davantage conscience de l'environnement international et deviennent plus sensibles au concept de démocratie, ils pourraient commencer à se poser des questions et on pourrait voir une répétition de 1989", a ajouté l'économiste, en référence aux manifestations de Tiananmen pour la démocratie.

Pour l'ensemble de la région, l'ONU s'inquiète de la baisse de la demande dans le secteur de l'électronique et de la remontée des taux de change par rapport au dollar américain, qui pèse sur les exportations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :