Durcissement des mesures de sécurité pour l'entrée des Européens aux Etats-Unis

 |   |  307  mots
Le secrétaire américain à la Sécurité intérieure, Michael Chertoff, annonce dans Der Spiegel que les Européens exemptés de visa voulant voyager aux Etats-Unis devront bientôt demander une autorisation 48 heures avant leur départ.

Les Européens exemptés de visa voulant voyager aux Etats-Unis devront bientôt demander une autorisation 48 heures avant leur départ, annonce le secrétaire américain à la Sécurité intérieure, Michael Chertoff, dans le magazine allemand Der Spiegel à paraître ce lundi. "Nous voulons augmenter les niveaux de sécurité avec une autorisation électronique", explique le responsable américain. Les voyageurs issus des treize pays de l'UE exemptés de visa devront donc s'enregistrer 48 heures avant leur départ sur un site internet et remplir un formulaire en répondant à une batterie de questions.

Selon Michael Chertoff, cette nouvelle mesure est nécessaire en raison du danger que représentent les extrémistes islamistes présents en Europe. "Quand nous identifions les domaines où nous sommes vulnérables, il est clair que l'absence de visa pour les Européens est l'un d'eux", justifie le secrétaire américain. Les Américains renégocient actuellement un accord intérimaire conclu en octobre dernier avec l'UE sur les transferts de données des passagers aériens.

Cet accord a facilité l'accès à 34 données fournies par les passagers aux compagnies aériennes au moment de l'achat de leur billet pour les Etats-Unis. Celles-ci vont de l'adresse du voyageur à son numéro de téléphone ou de carte de crédit, en passant par l'itinéraire du voyage.

Dans la renégociation en cours, l'accord intérimaire expirant fin juillet, les Etats-Unis voudraient notamment pouvoir garder ces données plus longtemps, jusqu'à quarante ans au lieu de trois ans et demi. Dans le Spiegel, Michael Chertoff réaffirme la volonté de Washington de ne pas céder sur le sujet. "A la fin, les Européens devront reconnaître que nous ne laisserons jamais à un autre gouvernement la décision de laisser entrer les gens", dit-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :