Le patron d'Alitalia quitte le conseil d'Air France après le mouvement inverse de Jean-Cyril Spinetta

 |   |  422  mots
L'administrateur délégué d'Alitalia quitte le conseil d'administration d'Air France. Ce mouvement intervient au lendemain de l'annonce du départ du président d'Air France-KLM de son poste d'administrateur d'Alitalia, en raison du processus de vente de la compagnie italienne par l'Etat italien. C'est le quatrième administrateur qui quitte Alitalia en trois mois.

Giancarlo Cimoli, l'administrateur délégué d'Alitalia, a annoncé jeudi soir sa démission du conseil d'daministration d'Air France. Elle intervient au lendemain de celle du PDG d'Air France-KLM Jean-Cyril Spinetta du conseil d'Alitalia, qui a alimenté la spéculation sur l'éventualité d'une OPA de la compagnie franco-néerlandaise sur le groupe italien.

Alitalia a précisé dans un communiqué que le départ de Cimoli était une conséquence du départ de Spinetta aux termes d'un accord de réciprocité. "Il faut noter que les deux compagnies ont convenu d'une présence réciproque au sein de leurs conseils respectifs en 2002", a déclaré la compagnie italienne. Air France et Alitalia ont signé en 2002 un accord de partage de codes et des prises de participations croisées.

Jean-Cyril Spinetta aura pour sa part siégé six ans au conseil d'administration d'Alitalia. Son départ est intervenu une dizaine de jours avant l'expiration de l'appel d'offres que, fin décembre, a lancé l'Etat italien pour le rachat et la privatisation de la compagnie aérienne. "Comme il y a un appel d'offre lancé par le gouvernement italien sur le capital d'Alitalia et étant donné qu'Air France-KLM est un partenaire commercial d'Alitalia, son président ne peut plus faire partie du conseil d'administration", a déclaré la compagnie franco-néerlandaise dans un communiqué. Air France détient 2% d'Alitalia et est considéré comme un repreneur potentiel de la compagnie dont le Trésor italien vient de procéder à la mise en vente de ses parts (49,9%).

Les acquéreurs potentiels ont, en effet, jusqu'au 29 janvier pour faire leur offre. Air France-KLM a toujours été fort prudent à ce sujet. Fin novembre, Jean-Cyril Spinetta, son président, avait révélé "l'existence d'échanges exploratoires" avec la compagnie aérienne.

La démission de Jean-Cyril Spinetta au sein du conseil d'administration d'Alitalia est la quatrième en six mois. Désormais il ne reste plus que deux administrateurs. Or selon les statuts de la compagnie, le conseil doit être composé d'au moins trois personnes. Le prochain conseil doit intervenir dans deux jours afin d'évoquer le plan industriel de la compagnie italienne qui enregistre une forte dégradation de ses résultats. Selon le quotidien économique Il Sole 24 Ore, la perte nette du groupe pourrait atteindre au moins 350 millions d'euros.

En 2001, Air France-KLM et Alitalia avaient signé un accord de participation croisée de 2%. L'opération avait alors été jugée propre à devenir le premier échafaudage d'une fusion entre les deux compagnies aériennes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :