Pékin veut freiner la spéculation, la Bourse de Shanghai perd 6,50%

 |  | 399 mots
Le gouvernement chinois tente de nouveau de calmer la spéculation boursière qui fait rage dans le pays en triplant les taxes sur les négociations de titres. Depuis le début de l'année, l'indice composite de la Bourse de Shanghai a enregistré une hausse de 62%, après un gain de de 130% en 2006.

La Bourse de Shanghai dégringolait mercredi, cédant 6,50% en fin de séance, après la décision du gouvernement de tripler les taxes sur les négociations de titres, dans une nouvelle tentative pour freiner la flambée de la Bourse, selon des courtiers.

Le triplement de l'impôt de Bourse annoncé dans la nuit par le ministre des Finances, qui passe de 0,1% à 0,3%, a eu un impact psychologique immédiat sur les investisseurs, qui ont décidé de prendre leurs bénéfices après les hausses des dernières séances, ont-ils expliqué. L'indice composite - qui regroupe les valeurs A, libellées en yuans, et les valeurs B, libellées en dollars - chutait de 6,50% à la clôture à 4.053,88 points, après avoir terminé sur des records de clôture lors des trois séances précédentes.

Le ministère chinois des Finances tente donc de nouveau calmer la spéculation qui fait rage en Chine sur les places boursières. Depuis le début de l'année, l'indice composite de la Bourse de Shanghai a enregistré une hausse de 62% après un gain de 130% en 2006. L'ancien président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Alain Greenspan, qui reste très écouté par les marchés, ainsi que l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), sont notamment montés au créneau pour tirer la sonnette d'alarme face à l'emballement des Bourses chinoises.

Cette hausse du droit du timbre, basé sur le montant de la transaction et prélevé à la fois auprès du vendeur et de l'acheteur d'une action, intervient après plusieurs avertissements des autorités sur une surchauffe des marchés et après une hausse des taux d'intérêt de la banque centrale chinoise le 18 mai dernier. En 16 ans d'histoire récente des Bourses chinoises, une hausse du droit de timbre sur les actions a toujours fait reculer les marchés dans les semaines suivantes ou mis fin à une période de rally. A contrario, l'abaissement de ce droit du timbre de 0,2 à 0,1% en janvier 2005 a contribué à une hausse marquée des cours, après une période d'atonie boursière, de 2001 à 2005.

Les analystes s'attendent toutefois à ce que l'impact de cette mesure soit modéré à terme et ne renverse pas la tendance du marché, compte tenu de l'afflux persistant de capitaux et d'un yuan renforcé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :