L'idéologie à l'écran

"Une histoire politique du cinéma" met en scène les relations ambiguës entre le pouvoir politique et l'industrie cinématographique. Une relecture originale d'un siècle de cinéma vu par le prisme de l'idéologie, doublée d'un questionnement passionnant sur la place de la culture dans nos sociétés.

"Si le cinéma est un art, il est aussi une industrie, un produit culturel, une pratique sociale et, au-delà, un puissant vecteur idéologique", explique Régis Dubois dans "Une histoire politique du cinéma", un essai stimulant qui décrypte un siècle de cinéma occidental sous l'angle idéologique et analyse les rapports entre le monde du spectacle et le pouvoir politique.

Comment le cinéma a-t-il rendu compte des bouleversements de notre histoire? Comment les événements, les idéologies ont-ils influencé la production cinématographique? Ces questions passionnantes sont au coeur de sa démonstration qui suit une progression chronologique permettant d'appréhender l'essor de cette industrie en parallèle avec les grands événements du XXe siècle.

Que ce soit le cinéma muet, le western, la fresque historique, le cinéma de divertissement ou des oeuvres plus personnelles, l'auteur explore tous les courants et tous les modèles économiques dans une analyse originale toujours étayée d'exemples.

Du mythique "Naissance d'une nation" de D. W. Griffith jusqu'au polémique "Fahrenheit 9-11" de Michael Moore, du fascinant "Potemkine" d'Eisenstein jusqu'au troublant "L'homme de marbre" de Wajda, l'auteur brosse, par petites touches, un panorama synthétique de la production cinématographique américaine (l'âge d'or hollywoodien, le maccarthysme, le cinéma politique des années 70), russe (les oeuvres de propagande staliniennes, le dégel sous Khrouchtchev), française (les cinéastes et l'Occupation, la Nouvelle vague...), allemande (l'expressionnisme) et italienne (fascisme, néo-réalisme, années de plomb).

Régis Dubois souligne aussi les divergences d'interprétations de nombreux critiques en fonction de leur sensibilité politique. A l'appui de ses démonstrations, il oppose souvent le grand historien du cinéma, Georges Sadoul (d'obédience communiste) à des historiens d'extrême droite comme Robert Brasillach et Maurice Bardèche. Un questionnement passionnant sur la place de la culture dans notre société.


"Une histoire politique du cinéma", de Régis Dubois. Editions Sulliver, 216 pages, 24 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.