Feu vert de Bruxelles à l'alliance entre Thales et DCN

La Commisison européenne estime que le mariage entre l'électronicien de défense et le spécialiste des navires militaires ne pose pas de problème de concurrence. Thales va prendre 25% de DCN en échange d'apport d'actifs. Le rapprochement pourrait être effectif d'ici la fin du mois.

Dans l'industrie de défense française, la Commission européenne a autorisé ce mardi le rapprochement entre le groupe public DCN (ex-Direction des constructions navales) et l'électronicien de défense Thales, estimant qu'il ne soulevait pas de problème de concurrence en Europe.

Le 30 janvier, les dirigeants de DCN, de Thales et les représentants de l'Etat ont signé un accord de rapprochement, qui avait été annoncé dès la fin 2005. La signature, d'abord prévue à l'été 2006 puis fin octobre, avait été différée à plusieurs reprises, notamment pour des questions d'évaluations de valeur des actifs et de partage du pouvoir.

Selon les termes de l'accord, Thales prendra une participation de 25% dans le capital de DCN, jusqu'ici entièrement détenu par l'Etat, en échange de l'apport à DCN de l'essentiel des activités navales du groupe d'électronique professionnelle. Cet accord, baptisé "Convergence", permettra le regroupement des activités du domaine naval de défense en France.

Suite à cette annonce de Bruxelles, les deux groupes se sont félicités du feu vert ainsi reçu, et ont précisé que l'opération de rapprochement devrait être "finalisée pour la fin mars 2007". Il ne manque plus, pour parachever l'affaire, que "l'avis favorable de la Commission des participations et des transferts de l'Etat Français", ont-ils précisé.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.