Airbus : les Etats-Unis rappellent leur hostilité aux "subventions"

 |   |  271  mots
Les Etats-Unis, engagés de longue date dans un contentieux devant l'OMC contre l'Union européenne au sujet d'Airbus, ont rappelé leur hostilité à toute "subvention" publique à l'avionneur européen.

Nouveau round dans la lutte au long cours entre Boeing et Airbus. Les Etats-Unis, engagés de longue date dans un contentieux devant l'OMC contre l'Union européenne au sujet d'Airbus, ont rappellé leur hostilité à toute "subvention" publique à l'avionneur européen en crise.

Le représentant américain au Commerce (USTR), John Veroneau, a ainsi rappelé la position des Etats-Unis. "Nous cherchons à obtenir que moins de subventions, pas davantage, aillent aux constructeurs d'avions de plus de cent places", a déclaré ce dernier lors d'une rencontre organisée par l'Association pour le commerce international de Washington (Washington International Trade Association, WITA), avant d'ajouter, "je ne sais pas exactement ce qui est actuellement envisagé à ce sujet". Le représentant américain a par ailleurs rappelé qu'il était "important de faire évoluer ce secteur vers une position dans laquelle le marché n'est pas faussé par des subventions".

Le président d'Airbus et coprésident d'EADS, Louis Gallois, a pour sa part déclaré mercredi qu'il n'y avait "pas d'urgence pour une augmentation de capital" d'EADS, tout en reconnaissant que le groupe d'aéronautique et de défense européenne aurait "besoin de financement externe dans l'avenir".

Engagés depuis plusieurs années dans un contentieux autour des subventions de chaque Etat envers son industrie aéronautique, les négociations entamées dans le cadre de l'OMC stagnent. "A ce stade, aucune négociation active n'est en cours", a indiqué John Veroneau. Américains et Européens, qui ont déposé des plaintes réciproques à l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) en octobre 2004, pourraient bien se retrouver tous deux condamnés pour subventions illégales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :