Logement : réactions contrastées aux annonces de Nicolas Sarkozy

 |   |  633  mots
Les annonces de Nicolas Sarkozy en ce qu concerne le logement ont été diversement accueillies. Si le PS et les syndicats se félicitent de l'indexation des loyers sur l'indice des prix, les propriétaires s'inquiètent particulièrement de la diminution du dépôt de garantie.

Selon le président de la République, les loyers seront prochainement indexés sur l'indice général des prix, et non plus sur l'indice des prix à la construction. Une mesure qui devrait selon lui contribuer à freiner la hausse des loyers.

Cette initiative a été plutôt bien accueillie à gauche et chez les syndicats. François Hollande, le premier secrétaire du Parti socialiste, a ainsi souligné qu'il s'agissait là d'une bonne idée - d'autant plus, a-t-il rappelé, que c'est le PS qui en est à l'origine...

Satisfaction également à la CFE-CGC où Jean Conan, secrétaire national pour l'économie, a estimé "intéressant" ce projet d'indexation des loyers sur l'indice des prix. "C'est beaucoup mieux que la possibilité évoquée à un moment de bloquer les loyers, qui aurait été une catastrophe", a-t-il lancé.

Le collectif "Jeudi noir" a lui aussi salué le projet de Nicolas Sarkozy. "Cela faisait longtemps qu'on proposait cette mesure d'indexer enfin les loyers sur l'inflation pour éviter des hausses hallucinantes où les loyers progressent deux à trois fois plus vite que le pouvoir d'achat", a déclaré vendredi à l'agence Reuters Julien Bayou, membre du collectif. "On se félicite que le gouvernement nous ait enfin entendu", a-t-il ajouté, "c'est un premier pas".

Beaucoup moins satisfait, en revanche, le président de l'Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), Jean Perrin, a qualifié "d'incohérentes" les déclarations du président de la République pour les locataires, dans une déclaration faite vendredi à l'Agence France Presse. "Ce qui augmente, ce ne sont pas tellement les loyers que les charges" sur lesquelles aucune annonce - notamment pour réduire les coûts de chauffage - n'a été faite, a-t-il affirmé.

En ce qui concerne le changement d'indexation, "ça ne va rien changer pour la majorité des loyers, sauf en Ile-de-France", a affirmé M. Perrin, puisque l'indice est déjà indexé à 60% sur les prix et seulement à 40% sur le coût de la construction.

De fait, depuis début 2006, l'indice du coût de la construction (ICC) a été remplacé par l'indice de référence des loyers (IRL) comme référence pour la révision annuelle des loyers en cours de bail dans le parc locatif privé, en vertu de la loi du 25 juillet 2005 relative au développement des services à la personne. Or, cet indice est déjà composé à 60% de l'indice des prix à la consommation, à 20% de l'indice du coût de la construction (ICC) et à 20% de l'indice des prix d'entretien et d'amélioration (IPEA).

Deuxième initiative concernant le logement annoncée par le chef de l'Etat: les négociations à mener pour réduire à un mois de loyer le montant de la garantie demandée aux locataires, et mettre en place un système de "mutualisation publique qui permette de ne pas demander de caution" aux locataires.

Là, le représentant des propriétaires se montre encore plus critique. Une telle diminution du dépôt de garantie "va déresponsabiliser les locataires" et "amener les propriétaires à être encore plus discriminants" dans le choix de leurs locataires, a affirmé Jean Perrin. "Et ce sont les ménages les plus pauvres qui auront encore plus de mal à se loger", a-t-il ajouté.

Plus globalement, le président de l'UNPI s'en est pris à la logique même des annonces de Nicolas Sarkozy. "Comment revendiquer d'une part une 'France de propriétaires' et annoncer des mesures qui vont à l'encontre des propriétaires?", s'est-il interrogé.

Ces mesures "ne vont pas améliorer le pouvoir d'achat, puisque ce qu'on donne aux locataires est retiré aux propriétaires", a-t-il lancé, et ce précisément "au moment où ceux-ci doivent répondre financièrement aux exigences de travaux sur les ascenseurs, pour les économies d'énergie et l'établissement des différents diagnostics".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :