Sarkozy et Royal chiffrent leur projet présidentiel

 |   |  454  mots
Les deux principaux candidats à l'investiture de l'Elysée annoncent, ce mercredi matin, les chiffres de leur "pacte" présidentiel. L'un est estimé à 30 milliards d'euros, tandis que l'autre atteint les 35 milliards d'euros.

Le projet de Nicolas Sarkozy estimé à 30 milliards d'euros

Dans une interview accordée au journal "Les Echos", Nicolas Sarkozy chiffre, ce mercredi, son projet à 30 milliards d'euros, dont la moitié en baisse d'impôts. "Mon projet représente 30 milliards d'euros en cinq ans, dont 15 milliards d'allégements d'impôts et de charges", affirme le candidat UMP à la présidentielle, alors qu'une estimation indépendante (de l'Institut de l'entreprise) l'a évalué lundi à un peu moins de 50 milliards d'euros.

"Les allégements de charges et d'impôts sur les heures supplémentaires amèneront des recettes de TVA", assure le ministre-candidat. "Il y a des gisements considérables", dit-il, en se demandant "si l'on ne pourrait pas moduler les aides liées aux 35 heures pour verser davantage aux entreprises qui créent des emplois et ont une politique salariale active".

Il réfléchit à une "réorganisation du ministère de l'Economie et des Finances", avec "d'un côté la gestion des comptes, ceux de l'Etat et de la Sécurité sociale" et de l'autre, "un ministère de la Stratégie économique, voire, osons le mot, de la Production, pour que la France ait une vraie réponse à la mondialisation".

"Dès l'été", Nicolas Sarkozy soumettra à négociation la question des heures supplémentaires, qui devront être effectuées sur la base du "volontariat". Les partenaires sociaux auront "l'été" pour négocier. "Il faut qu'on soit prêt à l'automne". Il précise que: "Cela devra être également le cas pour la recherche et l'université. J'élaborerai dès l'été 2007 un statut d'autonomie pour les universités françaises".


Le projet de Ségolène Royal estimé à 35 milliards d'euros

De son côté, le Parti socialiste a fait part de l'estimation de son projet présidentiel. François Hollande annonce, ce mercredi, sur Canal Plus, que le coût du pacte présenté par Ségolène Royal s'élève à 35 milliards d'euros. Le numéro un du PS a ajouté que le projet de la candidate socialiste prévoit des "dépenses supplémentaires, des recettes supplémentaires, des économies", par exemple sur "les exonérations de cotisations sociales sans contrepartie".

François Hollande a chiffré à "50 milliards les dépenses supplémentaires que pourrait coûter le pacte présidentiel" et à "15 milliards les économies et recettes supplémentaires".

Le premier secrétaire du PS a souligné "l'importance de la dette publique". Il a affirmé, qu'en cas de victoire de la gauche au printemps 2007, "il y aura, dans le cadre d'une stabilité des prélèvements obligatoires, des baisses d'impôts pour le plus grand nombre et des relèvements pour d'autres". "1% des contribuables les plus favorisés" pourraient être concernés par ces relèvements.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :