Embellie sur le front du budget américain

 |   |  350  mots
Attendu en surplus de 25,6 milliards de dollars, le budget américain a affiché un excédent de 44,5 milliards de dollars en décembre, grâce aux recettes fiscales, en particulier liées aux bonus de fin d'année. Les dépenses ont reculé de 6,7% par rapport à décembre 2005 en raison des 4 milliards de dépenses affectés à la reconstruction de l'après Katrina l'an dernier.

Une conjonction d'éléments favorables a permis au budget américain d'afficher un solde plus que décent pour le dernier mois de 2006. Le budget a dégagé un excédent de 44,5 milliards de dollars en décembre après un déficit de 75,6 milliards en novembre. Les économistes du consensus recueilli par l'agence Bloomberg tablaient sur un excédent moins important de 25,6 milliards de dollars. En décembre 2005, l'excédent avait atteint 10,9 milliards de dollars.

Les raisons d'une telle amélioration ? Côté recettes, le pays a bénéficié des taxes sur les bonus de fin d'année perçus par les ménages, durant ce mois de surcroît traditionnellement favorable au budget en raison du paiement des impôts des entreprises. Les rentrées d'impôts des ménages ont atteint 101,4 milliards de dollars et celles des entreprises 84,9 milliards de dollars. Par ailleurs, les dépenses ont été bien moins conséquentes que l'an dernier en raison des frais de reconstruction de l'après Katrina, l'ouragan qui avait ravagé tout le sud-est du pays, en particulier la Nouvelle-Orléans. Ces dépenses s'étaient élevées à 4 milliards de dollars.

Résultat, les recettes ont atteint 259,9 milliards de dollars contre 241,8 milliards un an plus tôt, et les dépenses se sont chiffrées à 215,4 milliards contre 230,9 milliards. En novembre, la santé a été le poste de dépenses le plus important avec 53,6 milliards de dollars devant le financement des retraites (53,4 milliards de dollars) et la défense (48,4 milliards). Pour l'heure, le Trésor a maintenu sa prévision d'un déficit budgétaire de 339,2 milliards de dollars pour l'ensemble de l'exercice 2007 après 248,2 milliards de dollars en 2006 (1,9% environ du Produit intérieur brut). En février, George Bush présentera un projet de budget prévoyant l'équilibre d'ici 2012.

"Les recettes continuent de grimper" a commenté Chris Rupkey, économiste financier chez Bank of Tokyo-Mitsubishi, interrogé par l'agence Bloomberg à New York. "S'il y a des éléments exceptionnels ce mois-ci, la tendance à l'amélioration du solde budgétaire du gouvernent ne fait aucun doute", poursuit l'économiste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :