Heineken profite de son développement sur les marchés émergents

 |   |  305  mots
Heineken, qui a engrangé un chiffre d'affaires semestriel de 6,127 milliards d'euros, a confirmé ses objectifs et indiqué que son programme de réduction des coûts, rendu nécessaire en raison de la hausse des prix de l'orge, du malt et de l'aluminium utilisé pour les canettes de bières, se déroulait conformément aux prévisions. "La hausse de la contribution de nos activités en Europe centrale et de l'Est, en Afrique et en Asie montre que nous équilibrons la rentabilité de nos marchés plus matures par le potentiel de nos marchés en développement", a affirmé le directeur général du groupe Jean-Francois van Boxmeer. Le quatrième brasseur mondial réalise 70% de son résultat d'exploitation aux Etats-Unis et en Europe, ce qui a conduit certains investisseurs à se reporter vers des concurrents plus présents sur les marchés émergents à forte croissance. Le groupe a en tout cas dépassé les prévisions des analystes pour son résultat d'exploitation avant éléments exceptionnels, puisqu'ils tablaient sur 861 millions d'euros. Au premier semestre 2006, le groupe avait dégagé un résultat de 726 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 6,2 milliards d'euros. Pour le second semestre, le quatrième brasseur mondial prévoit une poursuite de sa croissance en volumes mais à un rythme plus lent en raison d'une météo peu favorable. Le mois dernier, Heineken a doublé sa prévision de croissance de son bénéfice net hors acquisitions pour 2007 pour la porter de 10-13% à 20-25%, ce qui a permis à son cours de Bourse d'atteindre un niveau sans précédent de 47,49 euros. Le cours de Bourse d'Heineken affiche une progression de 26,7% depuis le début de l'année, supérieure à celle de 18% enregistrée par l'indice DJ des valeurs européennes de boissons et d'agroalimentaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :