Obligations ARS : Morgan Stanley prêt à racheter jusqu'à 4,5 milliards de dollars

 |   |  562  mots
Le ministère de la Justice de l'Etat de New York étend son enquête sur les obligations ARS aux banques Wachovia, JPMorgan Chase et Morgan Stanley. Cette dernière projette des rachats massifs. La semaine passée, UBS, Citigroup et Merrill Lynch ont déjà pris de tels engagements.

Les obligations ARS rattrapent les grandes banques américaines. Le ministre de la Justice de l'Etat de New York a en effet annoncé ce lundi que Wachovia, JPMorgan Chase et Morgan Stanley étaient également sous le coup d'une enquête de ses services. Les trois établissements sont invités à entamer des négociations, "de manière à résoudre cette enquête d'une manière qui corresponde aux intérêts de tous les clients au niveau national".

Dans la foulée de cette annonce, Morgan Stanley a indiqué être disposée à racheter à ses clients les obligations ARS pour un montant pouvant atteindre 4,5 milliards de dollars. L'offre sera proposée sur une période de deux mois à compter du 30 septembre jusqu'au 30 novembre. La banque d'affaires se propose également de prendre à son compte les pertes essuyées par les investisseurs individuels, qui ont acheté les ARS avant le 12 février et les ont revendues à perte entre cette date et le 11 août. Pour les autres investisseurs, Morgan Stanley, considérée comme la quatrième institution financière le plus active sur ce marché, dit réfléchir à des solutions notamment pour les investisseurs institutionnels, qui se retrouvent dans cette situation délicate à cause d'elle. Morgan Stanley dit espérer trouver des solutions d'ici la fin de l'année 2009.

La banque Wachovia, qui fait aussi l'objet des enquêtes des autorités américaines, a annoncé de son côté lundi soir être "en discussions actives" avec celles-ci. "Depuis la publication de nos résultats du deuxième trimestre, le 22 juillet, nous avons accru de 500 millions de dollars nos réserves pour litiges, afin de prendre en compte les récentes discussions en vue d'un accord amiable avec les autorités responsables des enquêtes en cours sur les obligations ARS", a-t-elle indiqué dans son rapport de résultat trimestriel, remis au régulateur boursier (SEC).

Enfin la banque JPMorgan, considérée comme la troisième institution financière active sur le marché des ARS après Citigroup et UBS, elle a dit coopérer avec les autorités judiciaires, sans autre précision.

La semaine dernière, trois autres banques s'étaient engagées à des rachats massifs d'obligations ARS (auction-rate securities, obligations à taux variable fixé par enchères), dont le marché a été bloqué par la crise financière. Ces obligations avaient été vendues à des investisseurs comme des titres dont il était aisé de se défaire mais plusieurs milliers d'investisseurs ne parviennent plus aujourd'hui à les revendre. Selon le Wall Street Journal, environ 200 milliards d'ARS seraient actuellement bloqués.

Menacés de poursuite, Citigroup, Merrill Lynch et UBS ont conclu des accords avec le ministère de la Justice de l'Etat de New York et avec la SEC, le gendarme américain des marchés financiers. Citigroup s'est ainsi engagé à racheter jusqu'à 20 milliards de dollars d'obligations ARS à des investisseurs particuliers et institutionnels. Merrill Lynch devra racheter 12 milliards de dollars d'obligations. La facture est encore plus salée pour la banque suisse UBS: 19,4 milliards de dollars.

A la Bourse de New York lundi, les trois banques concernées ont effacé une partie de leurs gains accumulés en début de journée mais sont nettement restées dans le vert. Wachovia a progressé de 1,56% à 18,21 dollars, JPMorgan Chase a gagné 2% à 41,89 dollars et Morgan Stanley a terminé en légère hausse de 0,78% à 45,39 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :