Nouveaux soupçons de corruption chez Alstom

Un homme d'affaires affirme qu'Alstom aurait versé près d'un million de dollars de pots-de-vin au Brésil afin de remporter un contrat sur un projet énergétique.

1 mn

Déjà sous le coup d'une enquête de la part des justices française, suisse et brésilienne, Alstom se retrouve ce vendredi au coeur de nouveaux soupçons pour une affaire de corruption. Selon la presse brésilienne, un homme d'affaires du pays a affirmé que le groupe industriel français avait versé près d'un million de dollars en pots-de-vin en liaison avec un projet énergétique.

Le journal affirme avoir obtenu le témoignage donné à la police par l'homme d'affaires Luiz Geraldo Tourinho Costa. Selon ce témoignage, Alstom aurait utilisé en 2002 un compte en Uruguay pour déposer de l'argent versé par une de ses filiales en Suisse.

L'argent - un paiement de 550.000 dollars et un autre de 342.000 dollars - aurait été versé à la compagnie pétrolière d'Etat Petrobras. Celle-ci possède 50% de l'usine thermoélectrique TermoRio à laquelle Alstom a fourni des turbines pour 550 millions de dollars, selon l'homme d'affaires.

Ce témoignage a été fait lorsque l'homme d'affaires a été entendu il y a deux ans dans une affaire présumée de fraude.

Le 17 mai dernier, la justice fédérale brésilienne avait déjà annoncé avoir ouvert une enquête contre Alstom pour évasion fiscale et blanchiment d'argent présumés à Sao Paulo. Le groupe français fait aussi l'objet d'une enquête de la part des justices française, suisse et brésilienne au niveau régional à Sao Paulo, pour des pots-de-vin présumés payés par le groupe industriel français, afin de décrocher des contrats à l'étranger dont le Brésil.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.