Les cours du baril stables malgré la tempête Gustav

 |   |  304  mots
Les prix du pétrole sont restés stable ce vendredi après avoir fortement augmenté en début de journée. Le département américain à l'Energie s'est dit prêt à puisser dans ses réserves stratégiques si la tempête Gustav venait à interrompre la production.

Les prix du pétrole ont terminé la semaine à l'équilibre, après avoir fortement progressé en début de séance. Les marchés ont été rassurés par les déclarations du département (ministère) américain à l'Energie, prêt à puiser dans ses réserves stratégiques en cas d'interruptions de grande ampleur de la production dans le Golfe du Mexique après le passage de la tempête Gustav.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en octobre a clôturé à 115,46 dollars, en baisee de 13 cents par rapport à son cours de jeudi. A Londres, le Brent de la mer du Nord a perdu 5 cents, à 114,12 dollars le baril.

L'Agence internationale à l'énergie (AIE) est par ailleurs disposée à puiser dans les réserves stratégiques de ses membres pour compenser les perturbations de production de brut, pompé off-shore, et d'essence par les raffineries. En 2005, après le passage destructeur de Katrina, l'AIE avait coordonné un plan d'urgence, qui prévoyait le recours à ces réserves, à hauteur de 2 millions de barils par jour pendant trente jours.

La tempête Gustav s'est tranformée ce vendredi soir en ouragan, selon le centre américain des ouragans (NHC). Après avoir touché la Jamaïque, il devrait poursuivre sa route en direction de Cuba et devrait atteindre les côtes de la Louisiane dans la nuit de lundi à mardi, après avoir traversé le golfe du Mexique.

La zone concentre plus d'un quart de la production américaine de pétrole brut. Selon certains analystes, la production de la zone pourrait être affectée à hauteur de plus d'un million de barils par jour. Plusieurs groupes pétroliers opérant sur la zone ont procédé à des évacuations de personnel, ou interrompu leurs activités de forage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :