Pêche : feu vert pour le plan d'urgence de Bruxelles

 |  | 251 mots
Lecture 1 min.
Les pêcheurs européens confrontés à l'envolée des prix du carburant vont pouvoir bénéficier d'un plan d'aide d'un coût total de jusqu'à 2 milliards d'euros, à la suite d'un accord conclu mardi soir à Bruxelles, après le récent mouvement de grogne du secteur.

Ce programme d'urgence, adopté lors d'une réunion des ministres de la Pêche, va courir sur plusieurs années. Il prévoit à la fois des soutiens d'urgence pour les pêcheurs et des mesures de restructuration à plus long terme pour adapter la profession à la nouvelle donne du pétrole cher.

Il va être financé à hauteur de 1,4 milliard d'euros par des fonds déjà existant dans le budget européen pour la pêche, mais qui pourront être utilisés de manière plus flexible, et plus rapidement, par les Etats de l'Union européenne qui en feront la demande. Le reste, 600 millions d'euros, sera apporté en supplément par la Commission européenne, comme elle s'y était engagée le 8 juillet.

Dans le détail, le programme autorise à verser des "aides d'urgence" aux pêcheurs qui restent temporairement à quai, pendant une période maximale de trois mois, pour couvrir leurs frais d'équipage et leurs coûts fixes. A condition toutefois que cela entre dans le cadre d'un plan de restructuration. Il est aussi prévu de relever les plafonds d'aides publiques autorisées dans le secteur, de 30.000 euros sur trois ans actuellement par entreprise de pêche, à 100.000 euros, comme le demandaient notamment la France et l'Italie. Par ailleurs, la Commission va faciliter les aides visant à équiper les navires de pêches de moteurs plus économes en carburant et veut aider les pêcheurs à obtenir des prix plus élevés pour leurs captures auprès des intermédiaires et distributeurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :