Air France réduit sa surcharge carburant et teste sa carte d'embarquement sur téléphone mobile

 |  | 589 mots
Air France La compagnie aérienne a aussi lancé ce jeudi la carte d'embarquement électronique sur téléphone portable, une première mondiale sur des vols internationaux en aller-retour.

Air France a annoncé ce jeudi qu'elle va abaisser sa surcharge carburant à compter de vendredi en raison du repli des cours du pétrole."Le prix du pétrole ayant baissé pendant une période significative, Air France, conformément à ses engagements, retire sa dernière hausse de surcharge carburant", a-t-elle souligné.

La surcharge va baisser de 2 euros (à 19 euros) pour un vol en France, de 4 euros (à 31 euros) pour un vol moyen courrier, de 10 euros (à 111 euros) pour un long courrier et de 14 euros (à 121 euros) pour un très long courrier, d'une durée supérieure à neuf heures.

La compagnie annule ainsi la surcharge qu'elle appliquait depuis le 10 juillet en raison du franchissement à la hausse des seuils de 125 et 130 dollars le baril. Des associations de consommateurs avaient réclamé mardi une baisse de la surcharge carburant appliquée par la compagnie française.

La compagnie néerlandaise KLM, grand allié d'Air France, va également baisser sa surcharge à partir de vendredi, de 4 euros sur les vols en Europe (à 37 euros), de 10 euros sur les vols intercontinentaux de moins de 9 heures (à 123 euros) et de 14 euros sur les vols intercontinentaux de plus de 9h (à 133 euros).

Par ailleurs, Air France annonce que tous les passagers des quinze vols quotidiens reliant Paris-Charles de Gaulle à Amsterdam-Schiphol peuvent désormais accéder depuis ce jeudi à l'avion sans autre document papier qu'une simple pièce d'identité. Le téléphone portable fera office de carte d'embarquement.

Si un tel service existe déjà dans d'autres compagnies (l'allemande Lufthansa, l'espagnole Spanair, le britannique BMI, les américaines Delta, Continental et Northwest), il n'est disponible que sur des vols intérieurs et Air France innove avec des allers-retours internationaux. Pour l'instant, la ligne Paris-Amsterdam sert de test et la compagnie française devrait ensuite étendre l'expérience à d'autres vols.

Comment cela marche-t-il ? Il faut d'abord s'enregistrer via le site Internet http://mobile.airfrance.com. Ensuite, le passager recevra sa carte d'embarquement avec tous les éléments habituels (heure et porte d'embarquement, heure de départ, numéro de siège et classe de voyage) sur son téléphone sous forme d'un SMS (message texte) ou d'un MMS (message multimédia) pour un portable classique, ou bien sous forme d'un courriel pour un téléphone plus perfectionné doté d'un accès à Internet. Le message sera également assorti d'un code barres sécurisé.

A l'aéroport, qu'il s'agisse du guichet d'enregistrement des bagages ou du poste de sécurité, le passager devra juste brandir son téléphone portable avec ledit code barres visible à l'écran. Puis lors de l'embarquement, le code barres sera lu optiquement par une machine et arrivé dans l'avion, le téléphone toujours à la main, il ne restera plus qu'à montrer au personnel naviguant son écran de téléphone une dernière fois avant de s'installer, puis de décoller.

Air France n'a pas précisé le coût de l'équipement pour cette nouvelle technologie, ni les économies qu'elle pourrait réaliser. Mais pour un porte-parole de la compagnie, "cette démarche s'inscrit dans le cadre du voeu d'"aller vers le zéro papier" émis par l'Association internationale du transport aérien (Iata), représentant plus de 240 compagnies aériennes et 94% du trafic international régulier". L'abandon du billet d'avion en papier pour passer au ticket électronique avait d'ailleurs été fixée au 1er juin dernier, mesure suivie par les membres de IATA et dont profite l'environnement, souligne l'industrie du transport aérien.

(voir la vidéo dans la rubrique "pour aller plus loin")

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :