Clinton reste en course face à Obama en remportant les primaires de Pennsylvanie

Hillary Clinton a battu Barack Obama dans la primaire démocrate de Pennsylvanie qu'elle devait absolument remporter pour conserver l'espoir d'être candidate à la présidentielle de novembre pour affronter le républicain John McCain. Les prochaines batailles auront lieu le 6 mai dans l'Indiana et la Caroline du Nord.

Hillary Clinton a battu Barack Obama mardi dans la primaire démocrate de Pennsylvanie. Après dépouillement de plus de 99% des voix, la sénatrice de New York l'emporte avec un score de 55%, soit dix points d'avance. Cette performance solide lui permet de repousser les appels au retrait de sa candidature.

"Certains m'avaient déclarée KO, me disaient de renoncer, mais le peuple américain n'abandonne pas et il mérite un président qui n'abandonne pas non plus", vient de déclarer Hillary Clinton devant ses partisans réunis dans une salle de Philadelphie. En ajoutant la Pennsylvanie à la liste de ses victoires, qui compte notamment l'Ohio, la Californie, le New Jersey et le Texas, Hillary Clinton peut continuer d'arguer qu'elle sera la mieux placée en novembre pour battre McCain dans les Etats qui feront la décision.

Mais elle ne peut non plus ignorer le retard accumulé sur Obama, qui la devance en nombre de voix et de délégués obtenus depuis le début des primaires. Le sénateur de l'Illinois, qui a remporté deux fois plus de consultations qu'elle, est aussi largement en tête pour ce qui est des fonds de campagne collectés. En mars, il a levé 40 millions de dollars de dons, deux fois que plus que Clinton.

La primaire de Pennsylvanie, avec 158 délégués en jeu, ouvrait la dernière phase du processus: neuf autres consultations sont programmées d'ici au 3 juin, dont le 6 mai dans l'Indiana (nord des Etats-Unis) et la Caroline du Nord (sud-est). Jusqu'à présent Barack Obama a gagné dans plus d'Etats que sa rivale (28 contre 18 en tenant compte du Michigan et de la Floride à la validité contestée), compte le plus grand nombre de délégués (1.713 contre 1.586) et a engrangé le plus de voix. Mais ni l'un ni l'autre ne devrait atteindre la barre minimale des 2.025 soutiens pour emporter l'investiture. Il reviendra donc aux quelque 800 "super-délégués" démocrates (élus, cadres du parti) de faire basculer dans un camp ou dans l'autre la convention du parti, du 25 au 28 août à Denver.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.