L'Université d'été du PS a donné l'image d'un parti toujours aussi divisé

A l'occasion de l'Université d'été du parti socialiste, ce week-end, le PS a montré qu'il s'enfonçait encore un peu plus dans la crise.

L'Université d'été du PS à La Rochelle vient de se terminer. Pourtant, les 4.000 militants socialistes présents n'ont pas eu de réponses sur leurs interrogations concernant l'orientation politique, les contours de la future coalition dirigeante ou le nom du successeur de François Hollande à la tête du PS.

Pour son dernier discours en Charente-Maritime comme premier secrétaire, prononcé devant une affluence quasiment jamais vue, François Hollande a mis en garde contre le risque "d'ingouvernabilité" du PS, constatant "la fragmentation" d'un parti en crise.

En effet, la profonde dégradation du climat interne complique la formation de coalitions. "La fraternité a totalement disparu, ou un peu disparu, au PS", a regretté Kader Arif, responsable des fédérations du parti. Le bloc majoritaire (partisans de Hollande, Delanoë et Strauss-Kahn) est menacé de dissolution: Bertrand Delanoë, héritier de Lionel Jospin, et Ségolène Royal sont partis à la conquête du parti chacun de leur côté et les strauss-kahniens font aussi bande à part.

Mais chacun est conscient que la victoire en 2012 se joue dès maintenant. "Les conditions de la victoire en 2012 se joueront, non pas à l'occasion du congrès qui précèdera l'élection présidentielle", mais au 23 septembre, date de dépôt des motions pour le congrès de Reims, selon Benoît Hamon (gauche du parti).

Il n'y a pas que le PS qui est inquiet pour le parti. Pour François Fillon, Premier ministre, cette université d'été se résume par "trois jours de débats, pas une seule proposition". Il conclue: "je ne porterai pas de jugement sur le fonctionnement du parti socialiste, j'ai assez à faire avec les difficultés qui sont celles de l'Etat, mais je trouve navrant que les socialistes ne consacrent pas un peu plus d'énergie à faire des propositions et à adapter leur mode de pensée à la société d'aujourd'hui".

Jean-Pierre Chevènement, président du Mouvement républicain et citoyen (MRC), a exhorté dimanche le PS à "se reprendre", estimant que lors de son université d'été à La Rochelle "il a donné le sentiment de se désintéresser des questions de fond".

Le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, lui a ironisé sur le PS qui "a joué à cache-cache pendant trois jours" à l'occasion de son université d'été.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.