Scor "marginalement" exposé à la crise des "subprimes"

 |   |  276  mots
Dans une interview publiée ce lundi matin, le président du réassureur français, Denis Kessler, tend à minimiser l'impact de la crise des crédits "subprimes" sur son groupe. Malgré ces déclarations et un accord avec le britannique MDU, le titre recule en Bourse.

N'en déplaise aux banques, le réassureur français Scor, ne devrait pas être trop impacté par la crise majeure qui aura marqué l'année 2007. C'est en substance ce qu'indiquait ce matin son patron, Denis Kessler, dans un entretien donné aux Echos, soulignant que cette faible exposition était due à "une politique prudente d'investissements de nos actifs qui doivent sécuriser nos engagements".

En revanche, "les restrictions de crédit et l'élévation inéluctable des taux à long terme ainsi que la réappropriation des risques auront évidemment des conséquences dans l'ensemble du système économique" a-t-il estimé. Considérant le ralentissement "inéluctable", il ne croit cependant pas à une récession du fait de la flexibilité des économies de marché qui permet "d'absorber des chocs de grande ampleur comme la crise des "subprime"". Quant aux marchés financiers, ceux-ci devraient se reprendre mais "pas avant le deuxième, voire le troisième trimestre".

Justement en bourse, le titre Scor n'a pas trop réagi aux déclarations de son patron. La valeur s'inscrivait à la mi-journée en léger repli de 0,36 % à 16,39 euros, dans un marché en légère hausse, en dépit également d'un relèvement de recommandations de Dresdner qui est passé d'"alléger" à "acheter" sur le titre.

Insensibles aux commentaires de Denis Kessler, les investisseurs ont également ignoré l'annonce d'un renouvellement de partenariat entre le français et MDU (Medical Defence Union) pour la couverture de la responsabilité civile médicale au Royaume-Uni. L'accord, d'une durée de dix ans, a vocation à assurer la responsabilité civile professionnelle des membres de MDU, première organisation de protection médicale outre-Manche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :