La rigueur, la fleur au fusil

 |   |  326  mots
Trois mois après son arrivée au pouvoir, David Cameron a fait passer un plan de rigueur sans que sa popularité n'en souffre. Mais comme en 1914 avant la première guerre mondiale, c'est surtout parce que personne ne réalise encore l'ampleur des coupes

Un secrétaire d'Etat britannique anonyme est cité par Julian Glover, un éditorialiste du Guardian, comparant la période actuelle au début 1914. La guerre est annoncée, mais on y va la fleur au fusil. De même, la rigueur est annoncée en Grande-Bretagne, mais personne ne semble avoir compris l'ampleur des coupes à venir.

Au pouvoir depuis même pas trois mois, David Cameron a réussi avec une véritable aisance à faire passer un budget de rigueur très dur, tout en lançant de profondes réformes dans la santé, l'éducation, la police... Sa popularité n'en a pas souffert, en partie parce qu'il avait promis de faire tout cela pendant la campagne électorale, et qu'il n'y avait donc pas de surprise.

Mais attendez la rentrée. Et plus exactement le 20 octobre. Ce jour-là, les décisions précises des coupes budgétaires, ministère par ministère, seront décidées. Les 25% de réduction en termes réels d'ici cinq ans (en moyenne) vont soudain prendre toute leur signification. Et même temps, les syndicats préparent une série de grèves, notamment dans la fonction publique. 

Puis, viendra le 1er janvier prochain, et la hausse de la TVA de 17,5% à 20%. Les portefeuilles des ménages s'en ressentiront directement. Les premières écoles non construites (plus de 700 rénovations ou construction ont déjà été supprimées) commencernt à vraiment manquer. Plusieurs centaines de milliers de fonctionnaires devraient perdre leur emploi. L'économie, qui connaît actuellement un rebond, pourrait souffrir de ces facteurs concomitants. La popularité de David Cameron pourrait bien ne pas résister.

Scénario du pire? Peut-être. Mais pour l'instant, les Britanniques partent au champ de la rigueur -comme on dit champ de bataille- la fleur au fusil. On leur souhaite un meilleur dénouement que l'équivalent économique de la première guerre mondiale.

P.S. Ce blog part en vacances jusqu'à début septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :