Un manifeste pour l'économie réelle !

 |   |  735  mots
Copyright Reuters
Ce n'est pas seulement l'économie qui a un problème : les économistes aussi...

Ce n'est pas seulement l'économie qui a un problème : les économistes aussi.

Face à toute crise, il faut en effet s'interroger non seulement sur les politiques qui l'ont provoquée mais sur les visions du monde qui ont façonné l'époque. Les théories des économistes exercent une influence sur les décideurs de la finance et des entreprises, les gouvernements et les législateurs, l'opinion publique et la société, sans toujours qu'ils en aient conscience.

S'exprimer en qualité d'économiste confère à vos propos une légitimité particulière : la caution de la science. L'économie est certes une science à part entière, avec ses méthodes éprouvées, ses équations, ses démonstrations. Mais c'est une science humaine et sociale dont la matière est la description des comportements individuels et sociaux, et une science politique dont l'objet est d'agir sur les décisions.

Il n'y a pas une vérité économique mais plusieurs, rivales. Tout naturellement, la crise a exacerbé les controverses. Les économistes keynésiens, terrassés par la stagflation depuis une génération reconquièrent droit de cité. Les économistes « atterrés » ont quelques motifs à l'être : mais leur indignation n'a pas débouché sur une politique. A chaque époque s'impose une pensée dominante. Le mainstream des économistes dans lequel nous avons vécu révérait l'hypothèse des marchés efficients selon laquelle les marchés financiers libres de toute intervention guident les choix de manière optimale.

Le krach de Wall Street de 2008, cause immédiate des enchaînements qui ont conduit à la situation d'aujourd'hui, a pour cause profonde la plus massive spéculation de l'histoire portant sur le marché des titres, d'autant plus pernicieuse qu'elle était dissimulée sous l'artifice de la sophistication d'apparence scientifique des instruments financiers.

La crise est une crise de la représentation. Les abstractions financières avaient effacé l'économie réelle de notre champ de vision : l'entreprise se trouvait réduite à une machine à produire du cash flow, la gestion à la corporate governance pour maximiser la création de valeur pour l'actionnaire. Disparue des écrans-radars l'économie réelle.

En quelques mois, le monde a changé. Pour la reconstruction, quel nouveau cadre intellectuel faut-il mettre en place en réaction à la financiarisation de l'économie et des économistes ? Les ingénieurs-économistes sont une spécialité française, féconde et rayonnante jusqu'au milieu du XXème siècle, bien identifiée à l'étranger, mais plutôt en tant qu'objet d'histoire. Notre Prix Nobel national Maurice Allais en est son illustration contemporaine la plus notoire.

Avant eux, régnait l'économie politique, préoccupée de l'organisation de la société. Son père fondateur, Adam Smith est un professeur de philosophie morale. Hors de toute prétention philosophique, les ingénieurs-économistes se préoccupaient de « modestes » problèmes tels que les tracés des canaux, des routes et des chemins de fer, de calcul d'investissements et de péages. Ce n'est pas un hasard si elle éclot en France patrie du cartésianisme et de la centralisation, autour des corps d'ingénieurs d'état - les Mines, les Ponts et Chaussées. Ils dirigent les grands travaux qui édifient la France industrielle, comme leurs héritiers modernes constructeurs de TGV et d'avions, de grands barrages et centrales nucléaires

Saint-simoniens, chantres du progrès par la science et la technique, mathématiciens de par leur formation, ils mettent en chiffres et en équations les faits qu'ils observent. C'est de cette approche formalisée qu'est issue l'économie moderne.

Le propos du Cercle des ingénieurs-économistes n'est pas de prendre parti dans les disputes bien connues, aujourd'hui parées d'une nouvelle vigueur - austérité ou relance, monétaristes ou néo-keynésiens, protectionnistes ou libre-échangistes. L'objet est de proposer au débat public l'actualité de l'économie réelle - les infrastructures, les usines et les hommes qui les font tourner ; les technologies, les produits et la compétitivité.

Le noyau fondateur du Cercle des ingénieurs économistes sont des ingénieurs des Ponts et des Mines intéressés par les questions économiques et ayant des expériences professionnelles diversifiées dans les domaines des entreprises, des transports, de l'urbanisme, des réseaux, ou encore de l'énergie.

Signataires : Bruno Angles, Harold Ollivier, Pierre Pommellet, Jean Poulit et Christian Stoffaës

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2013 à 12:50 :
"Les abstractions financières avaient effacé l'économie réelle de notre champ de vision : l'entreprise se trouvait réduite à une machine à produire du cash flow, la gestion à la corporate governance pour maximiser la création de valeur pour l'actionnaire"
Le plus-que-parfait exprime un procès achevé; le passé composé aurait mieux convenu ici, jusqu'à plus ample informé.
a écrit le 02/01/2013 à 20:53 :
Auto-promotion gratuite ?
a écrit le 26/12/2012 à 16:41 :
Le problème c'est que la gestion industrielle aujourd'hui se fait à court terme. Nos dirigeants n'ont comme tableau de bord qu'une chose unique, le cours de la bourse à telle date où ils pourront réaliser leurs stock options qu'ils se distribuent gracieusement tout en demandant aux autres de se serrer la ceinture. Pour leurs économies personnelles, ce sont de très bons économistes.
a écrit le 26/12/2012 à 16:34 :
Ingénieur gestionnaire de projet, je veux bien, mais économiste.....!
a écrit le 26/12/2012 à 9:56 :
Ils se revendiquent saint simoniens... donc constructivistes, donc étatistes, donc ils ne comprennent strictement rien à l'économie, d'où une phrase parfaite : "il n' ya pas une vértié économique, mais plusieurs" => allez dire à un chomeur que son chomage n'est pas une vérité, qu'il y en a d'autres ...
Réponse de le 09/01/2013 à 12:52 :
Merci de votre intervention professeur galt.
a écrit le 23/12/2012 à 14:46 :
Ingénieur économistes? voilà autre chose, et en plus issue de l'école des mines ... La grande réussite du nucléaire. Ils nous préparent l'explosion finale?
a écrit le 23/12/2012 à 12:31 :
Le problème est que tout est ingénierie...Qui a créé la finance de marché qui a fait explosé nos banques ?...certainement pas des commerciaux ou des gestionnaires, puisqu'ils ne comprennent rien aux équations stochastiques. Comme Gödel ou von Braun nous savons que la science crée des monstres mais sans la science point d'entreprise et point de progrès...
a écrit le 21/12/2012 à 10:59 :
Bon, déjà que les économistes avaient des difficultés à nous expliquer ce qui se passe et comment s'en sortir....nous voilà frais.
Je me souviens d'un polytechnicien célèbre qui se piquait d'être juriste et qui a rédigé successivement la loi sur le divorce et la constitution européenne. Les deux succès que l'on connaît.
Messieurs, je vous en prie ne passez pas à l'action.
a écrit le 21/12/2012 à 10:53 :
Bravo, enfin des gens qui s'occupent de choses sérieuses et concrètes. Cela change des "guignols de l'économie", chantres du catastrophisme (c'est une posture) qui ont eu le monopole des médias ces derniers temps et dont le taux d'erreur et de bouffonerie atteint presque 100%. Même BFM s'en est aperçu, c'est dire !!! Alors exit les Baverez et consorts, avec leur cortège d'imprécations à sous-jacent politique, et parlons de ce qui nous concerne vraiment : améliorez les choses en allant du réel vers le réel.
a écrit le 21/12/2012 à 7:40 :
Les "economistes" ont cree des instruments pour donner l'illusion que l'economie est une science exacte. Le 1er dimanche du mois je lave mon linge et ma voisine en fait autant. Le PIB ne bouge pas. Le 2eme lundi du mois je demande a ma voisine de laver mon linge et je la paye 10 euros pour ce faire. Le meme jour, je lave le linge de ma voisine contre une remuneration de 10 euros. Le PIB augmente!
a écrit le 21/12/2012 à 7:34 :
Il y a le travail,le capital et AUSSI l'énergie;reprenez vos théories en prenant en compte la relation entre cout du travail et prix de l'énergie.Il faut transférer sur l'énergie une partie des charges qui affectent actuellement le seul travail!
a écrit le 20/12/2012 à 22:47 :
Le cercle des "ingénieurs économistes", c'est à peu près aussi vain que si on créait le cercle des "agriculteurs économistes" ou le cercle des "acteurs de télévision économistes". Aux signataires, vrais ingénieurs mais faux économistes : prenez conscience que l'industrie va rejoindre progressivement l'agriculture en terme financiers et d'emplois dans le PIB : moins de 2% environ. C'est inéluctable ! Vous deviendrez légitimes en économie si et seulement si vous apprenez à dépasser les limites étroites de vos spécialités. Sinon, faites preuve d'humilité, dédiez vos efforts à approfondir vos connaissances particulières et spécifiques, mais ne parlez pas d'économie, sujet que vous ne pourrez pas maîtriser.
a écrit le 20/12/2012 à 22:35 :
C'est sur que ces dernières années, la pensée unique prévalait avec les dégâts qu'on connait.
Un peu de débat ne peut pas faire de mal.
Réponse de le 20/12/2012 à 23:15 :
La pensée unique socialiste ? Oui, on voit les immenses dégâts des Etats providentiels obèses : chômage, pauvreté, faillite.
Réponse de le 21/12/2012 à 9:59 :
Je ne pense pas que les banques et les investisseurs qui ont gonflé la bulle immobilière américaine étaient contaminés par la "pensée unique socialiste".
Réponse de le 26/12/2012 à 9:59 :
@ johnmackagan : bien sûr que si, grace au socialiste clinton qui a fait voté le "non discrimination act", cad une loi qui dit que ce n'est pas parce que vous n'avez pas les moyens d'acheter une maison que vous ne devez pas en avoir une, c'est discriminatoire, et hop, on oblige les banques à préter, mais en les garantissant avec fannie et freddie, et en laissant la FED inonder le marché pour noyer les prix dans l'inflation. Vous la voyez la pensée unique socialiste ? c'est dans le fait de dire qu'un pauvre doit vivre comme un riche, relativisme typiquement socialiste...
a écrit le 20/12/2012 à 22:10 :
Les ingenieurs-economistes Poytechniciens ?... J'en connais un brillant , Mr Gadonneix .
Il a fait investir 4,5 milliards de dollars a EDF aux USA dans le projet de construction d'EPRs avec Constellation . Un desastre financier que les client d'EDF paient sur leurs factures . Puis il a fait acheter a prix d'or British Energy ( 14,5 milliards d'euros alors que les experts estimaient la valeur maxi de BE a 9 milliards ) , pour construire une "flotte" d'EPRs !!!!!! Aujourd'hui tout est en stand-by en Angleterre et EDF cherchent des partenaires pour limiter les degats et eviter un nouveau gouffre financier ! J'ajoute de Mr Gadonneix donnaient des cours d'economie ...... a Polytechnique !!! Cela laisse reveur .........
Réponse de le 21/12/2012 à 14:18 :
J'entends encore ce Polytechnicien , ingenieur-economiste parler de ENRON comme etant le modele d'entreprise du 3eme millenaire .!!... C'etait en 2000 juste avant qu'Enron n'implose ... Il avait tout compris !
Bien sur , apres l'implosion d'Enron , tous les economistes expliquaient en long en large et en travers qu'ils avaient anticipe cet evenement ... Comme ils avaient anticipe la crise de 2008 ... Ils sont vraiment pathetiques .
a écrit le 20/12/2012 à 19:39 :
laissez la politique aux ingénieurs! ce sont des rêveurs..idéalistes.. mais pas des fourbes comme les banksters. Attention: en démocratie, la politique est votée par des masses.. qui ne comprennent pas la prévision, les mesures pour éviter les risques telles que FMEA ou DRBFM mais réagissent quand tout se casse la gueule. Bonne chance. Proposition complémentaire: implémentez sur Internet une FMEA (avec modération) de lois votées. Et: développez des lois pour mettre en prison les politiques quand ils ignoreront vos plans anti-(gros)-risques.
a écrit le 20/12/2012 à 19:11 :
A quand une gouvernance par des pragmatiques...ils veulent leur part du gateau .Ce n' est pas avec des courbes
que l' on relance la conssomation .
Réponse de le 20/12/2012 à 20:51 :
Relancer la consommation... ce fera naturellement lorsque les gens auront confiance dans l?avenir et n?épargneront pas le peu d'argent qu'ils leurs restent. Les ingénieurs parlent sur des faits, les politiciens sur des rêves, ou concept et dans le pire des cas, avec des dettes...

Bonne chance....
a écrit le 20/12/2012 à 17:25 :
Et ? Comment qu'on fait ? Par quoi on commence ?

blah blah blah.
Réponse de le 24/12/2012 à 1:33 :
C marrant , car c ce que j allais ecrire, ce monsieur parle de son groupe mais ne propose rein , quel autre modele theorique propose t il pour comprendre la situation actuelle ?
Encore un qui met le faire savoir avant le savoir faire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :