BMW 4 cabriolet : Le plaisir des sens politiquement correct

 |   |  1281  mots
Ce cabriolet, dont les origines remontent à la 1600-2 de 1967, est très habitable (pour une découvrable) à l'avant, avec de larges portières.
Ce cabriolet, dont les origines remontent à la 1600-2 de 1967, est très habitable (pour une découvrable) à l'avant, avec de larges portières. (Crédits : dr)
Le nouveau cabriolet bavarois Série 4 est beau, très bien fini, extrêmement agréable à conduire, luxueux et… sobre. Une réussite, que l’on paye forcément cher.

Dérivé de la Série 3, le cabriolet 4 est magnifique. A l'extérieur comme à l'intérieur. Toit fermé ou ouvert. Classique, aux lignes équilibrées, très « classe », voilà le dernier avatar d'une célèbre lignée qui a près d'un demi-siècle d'existence. Cette rivale de l'Audi A5 produite dans l'usine bavaroise de Ratisbonne (Regensburg en allemand) est un cabriolet... à toit rigide escamotable électriquement en trois tronçons. BMW est l'un des derniers à ne pas céder aux sirènes de la capote en toile. Avantage du toit en tôle : il échappe au risque du coup de couteau malveillant qui peut déchirer la capote en toile, avec un coût exorbitant pour la remplacer. Inconvénient : il est lourd, encombrant et hyper-sophistiqué. Sa machinerie mange aussi la moitié du coffre qui en devient peu pratique.

Raffiné et très bien fait

Ce cabriolet, dont les origines remontent à la 1600-2 de 1967, est très habitable (pour une découvrable) à l'avant, avec de larges portières. C'est une 2+2, car s'installer à l'arrière est compliqué. La planche de bord est intégralement reprise de la Série 3. Ce qui ne constitue guère une critique. C'est costaud et raffiné. Du vrai haut de gamme. Notre version Luxury avec une sellerie en beau cuir beige et des placages en bois était somptueuse.

La position de conduite est quasi-parfaite, du moins avec la boîte automatique de notre modèle d'essai. Avec une boîte manuelle, qui oblige à se rapprocher des pédales, c'est beaucoup moins bien ! Sinon, il y a quelques petits défauts quand même. L'accoudoir central est coulissant, mais pas réglable en hauteur. Dommage. A ce tarif, il n'y a pas non plus de réglage lombaire des dossiers. Ca manque, même si les sièges sont confortables.

BMW 4 CABRIO

Autre écueil : si nous approuvons les commandes séparées par boutons pour la climatisation et les stations de radio mémorisées, nous ne sommes toujours pas enthousiastes vis-à-vis de la molette centrale d'ordinateur pour commander toutes les fonctions, système audio compris. Enfin, l'aide au stationnement est bruyante et on ne peut pas comme chez Audi réduire l'intensité des bips-bips. Cette aide s'accompagne d'une caméra de recul (bonne idée). Mais... impossible d'avoir la caméra sans les bips-bips. C'est tout ou rien. Si l'on coupe les uns, on arrête aussi l'autre. Satisfecit complet, en revanche, pour le système d'ouverture et fermeture du toit, très élaboré. Toit replié dans le coffre, les remous sont formidablement maîtrisés et rouler cheveux au vent est jouissif, sans contre-indication autre que météo. Du beau travail.

Mécanique fluide et sobre

Notre version de test était dotée d'un moteur diesel de 2 litres de cylindrée. Il ne s'agissait pas du tout nouveau bloc qui équipe les X3 et X4. Ce « vieux » quatre cylindres de 184 chevaux n'en demeure pas moins extrêmement agréable, onctueux et performant. Même si le poids conséquent apporte des limites. Nous avions droit à la très douce boîte auto ZF à huit rapports, qui manque de réactivité en « D ». On vous conseille vivement de la mettre en mode « S ».

En outre, parallèlement aux modes « D » et « S », on peut également jouer sur une commande supplémentaire « Confort », « Sport », voire « Sport Plus », qui agit elle aussi sur la réactivité de la boîte mais également la direction et les suspensions. C'est encore plus vif sur les deux dernières positions. Même si la transmission rechigne toujours à descendre un rapport de plus en virage. Notons, hélas, que, à chaque redémarrage, le système se remet d'office en position « Confort » et qu'il faut refaire les choix.

ryhhe

Si tout ça ne suffit pas sur route sinueuse et déserte, on peut toujours utiliser la boîte auto en mode... manuel, d'une époustouflante rapidité. Les montées et descentes de vitesses affichent alors une précision extraordinaire. Et tout ça avec une consommation politiquement très correcte de seulement 7,2 litres aux cents. La sobriété est exemplaire au vu des performances. C'est quasiment le meilleur rapport plaisir-frugalité-rejets de CO2. Car cette voiture demeure en zone neutre pour les émissions de CO2 (moins de 130 grammes au kilomètre). Une réussite technologique.

Comportement routier plaisant

Cette « propulsion » ne fait pas peur. Sécurisante, précise, suffisamment agile, la 4 revendique un comportement très satisfaisant. Même si les kilos supplémentaires de renfort (presque 1,8 tonne en tout) se sentent. Rien de grave, cependant. On enchaîne les virages, le sourire aux lèvres. Ces trains roulants comme la direction sont juste réglés comme il faut. Le freinage est par ailleurs à la hauteur.

Enfin, nous avons été bluffés, sur un tel cabriolet, par l'excellente rigidité de l'ensemble, même avec le toit ouvert. Sans un grincement, un crissement ou une résonnance désagréable, ce qui constitue une prouesse sur une découvrable. Quelle qualité de construction et d'insonorisation ! Des voitures aussi bien faites, tournées vers le plaisir tout en étant utilisables au quotidien, ça réconforte !

yt

Notre version de test était affublée de très belles mais fragiles jantes de 18 pouces avec des pneus à flancs bas (45R18). Résultat : c'est ferme sur les inégalités. Mais, comme la voiture est très rigoureusement suspendue, il n'y a pas de trépidations intempestives. Du coup, malgré une certaine sécheresse, le cabriolet Série 4 se révèle étonnamment confortable.

Les tarifs grimpent vite

BMW fait forcément payer très cher les qualités de ses modèles... Comptez donc 48.400 euros pour le premier prix (Lounge) d'une version diesel 4.20d avec boîte manuelle ! Pour 50.600, vous avez la même avec la très recommandable boîte automatique à huit vitesses. Cette version automatique vous permettra d'ailleurs d'économiser 150 euros de malus, car ses émissions sont plus basses que la version à transmission manuelle. Elles s'affichent à 127 grammes de CO2 seulement. Si vous souhaitez accéder la très belle finition Luxury, c'est 8.100 euros de plus. Mais, vous pouvez judicieusement opter pour la version de base Lounge, en rajoutant 1.800 euros de sellerie cuir. Le système « Pack connectivité » est à... 3.150 euros.

Si vous voulez davantage de plaisir, on vous conseille la 4.28i à essence de 245 chevaux, dont le moteur monte évidemment davantage dans les tours et émet un bruit rauque plus mélodieux, avec le toit ouvert, que celui du diesel. On profite ainsi beaucoup plus des qualités de châssis de la voiture. Mais c'est plus cher : à partir de 53.100 euros (Lounge) en boîte automatique. Il y a aussi 1.600 ou 2.200 euros de malus à ajouter, selon la taille des pneus.

On a beaucoup aimé cette belle 4 découvrable, cossue, homogène, fort bien réalisée, sûre et tellement agréable à piloter en position ouverte ou fermée, tout en demeurant douce et sobre. Nous sommes même gênés par le peu de critiques à formuler, si ce n'est eu égard au tarif. BMW s'impose dans la construction automobile mondiale avec des voitures plus abouties, selon nous, que Mercedes.

 

Modèle d'essai : BMW 4.20d bva Cabriolet Luxury: 58.700 euros

Puissance du moteur : 184 chevaux (diesel)

Dimensions : 4,64 mètres (long) x 1,82 (large) x 1,38 (haut)

Qualités : Elégance, qualité de fabrication, intérieur cossu (Luxury), mécanique performante et sobre, comportement routier de haut niveau, grand plaisir de conduite, excellent système d'ouverture et fermeture du toit

Défauts : Confort un peu sec sur mauvaise route, coffre peu logeable, quelques défauts d'ergonomie, poids conséquent, prix très élevé

Concurrente : Audi A5 Cabriolet 2,0 TDi 190 Multitronic Ambition Luxe : 55.530 euros

Note : 17 sur 20

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/07/2014 à 22:44 :
natürlich
a écrit le 27/07/2014 à 21:56 :
Et de la Porsche Cayenne, désormais avec un plugin hybride, qu'en pensez-vous ?
a écrit le 25/07/2014 à 22:55 :
Il n'y a pas que les diesels qui sont fragiles chez BMW... Ma 520 essence a rendu l'âme à 80 000 KM sans raison, moteur casse en deux !!!! Entretien impeccable, conduite sage et pourtant bye bye le moteur, sans compter des soucis multiples auparavant... Enfin, c'est peut-être mieux maintenant, il faut espérer....
Réponse de le 26/07/2014 à 23:13 :
C'est vrai que les moteurs BMW qui équipaient les chasseurs nazi étaient bien meilleurs; tous ce perd ...
Réponse de le 27/07/2014 à 10:20 :
les multiples pseudos qui manifestent leurs aigreurs sont bien dans la lignée des godrevitude d'un godrev que l'on ne voit plus mais dont les textes sont reconnaissables sans aucun doute possible.
a écrit le 25/07/2014 à 20:52 :
" Si vous voulez davantage de plaisir, on vous conseille la 4.28i à essence de 245 chevaux, dont le moteur monte évidemment davantage dans les tours et émet un bruit rauque plus mélodieux, avec le toit ouvert, que celui du diesel ".

Sans blague ? Il y a des gens qui achètent des cabriolets diesel ?

Enfin bon, tous les goûts sont dans la nature...
a écrit le 25/07/2014 à 19:29 :
BMW a raison de fabriquer ce type de véhicule tant qu'il y aura des frimeurs pour se les payer. Au final ça n'a rien d'extraordinaire(Diesel!!!), ni de confortable. C'est très cher pour ce que c'est: une calandre avec une hélice bleue et blanc stylisée... Mais ne dit-on pas que quand on aime on ne compte pas? BMW en profite, aux autres d'en faire autant.
a écrit le 25/07/2014 à 17:51 :
Aucune capote en toile ne permet de faire de l'autoroute en ecoutant un CD de musique classique. Le gros point fort du toit en dur que vous oubliez dans l'article, c'est l'insonorisation sur autoroute. La capote en toile, c'est parfait pour une voiture "locale", mais si vous devez vous taper 500km dans une voiture avec capote en toile, bonjour les dégâts.
Deuxieme point, BMW fait une superbe voiture bien mieux que les Mercedes, d'accord, mais au moins Mercedes ne sort pas des diesel sur ses SLK pour vendre sa voiture au VRP qui est force de prendre un diesel la semaine et veut rouler decapote le week-end.
Réponse de le 25/07/2014 à 20:54 :
« Toile » est un bien grand mot dans les voitures d'aujourd'hui.

Il ne faut pas vous imaginer une toile de Mehari, non plus !
a écrit le 25/07/2014 à 16:28 :
Je tiens à féliciter BMW de vendre des voitures très chères pour les "happy few": Bravo!
a écrit le 25/07/2014 à 14:37 :
Caisse à merlan...
a écrit le 25/07/2014 à 14:36 :
BMW fabrique les pires diésel du Marché. Faites une recherche sur "BMW N47" ou "N57" et vous verrez. Les diésels BMW ne font jamais 100.000 km.
Réponse de le 25/07/2014 à 15:03 :
Ca dépend. Il y a eu de mauvaises séries. Ce n'est pas le cas du dernier 2,0d
Réponse de le 25/07/2014 à 18:23 :
Trop tôt pour en juger. Mais le préjugé est très défavorable à BMW qui a toujours fait des diesel fragiles.
Réponse de le 25/07/2014 à 21:39 :
Je ne veux pas vous vexer mais avec mon diesel bmw x5, je suis à 250 000 kilomètres et je suis persuadé que j.en ferai encore de nombreux autres !
Réponse de le 26/07/2014 à 23:44 :
Je n'ai jamais eu aucun probleme avec mes diesels bmw et certains avaient beaucoup beaucoup plus que 100.000km. Stop les généralités douteuses!
a écrit le 25/07/2014 à 12:17 :
Pourquoi donc l'auteur de l'article parle t'il donc au pluriel?
Réponse de le 25/07/2014 à 15:25 :
Le "nous" ou "on" est un usage habituel et courtois de la langue française, reflétant la modestie. User du "je" est impoli, car considéré comme prétentieux... Au fait, schizophrénie s'écrit sans "y"!...
Réponse de le 25/07/2014 à 16:02 :
Quand on ne connaît pas les règles de la langue française, on évite d'en rajouter. Surtout quand on ne sait pas écrire le mot SCHIZOPHRENIE.... Le "Nous" est une forme en usage pour éviter le "je" jugé péremptoire et impoli ... L'auteur de la Tribune l'utilise à bon escient.
a écrit le 25/07/2014 à 11:31 :
Comme d'hab

Magnifique
a écrit le 25/07/2014 à 10:45 :
Acheter un cabriolet de 50 000 € et le prendre en diesel !!!!!
Pourquoi ne pas nous faire un essai d'une version essence s'il vous plait
Réponse de le 25/07/2014 à 10:50 :
Hélas, la version diesel est la plus vendue, bonus-malus oblige
Réponse de le 25/07/2014 à 11:50 :
c'est bien Français ça.. on met 50.000 euro dans une voiture mais on prends un 2.0D pour le malus ..ridicule ...
Réponse de le 25/07/2014 à 12:15 :
Logique: au-delà de la somme en elle-même, les français ne veulent pas payer des sur-taxes! Ca se comprend.
Réponse de le 25/07/2014 à 17:41 :
2.0 d + une repro et hop,on roule aussi vite que l'essence et en moins chère
a écrit le 25/07/2014 à 10:37 :
On a affaire à une voiture image destinée à montrer le savoir faire d'une marque mais franchement une tonne huit la voiture et propulsion à notre époque ça fait un peu ringard non!
Réponse de le 25/07/2014 à 11:32 :
NON
Réponse de le 25/07/2014 à 12:17 :
C'est une tel poids qui fait de ce superbe cabriolet un véhicule très rigide. Pour empêcher un cabriolet, surtout avec le toit déplié, de se dandiner, vibrer ou grincer, il faut ajouter des kilos de renfort. Comme la voiture reste très sobre, le poids n'est pas un problème.
Réponse de le 25/07/2014 à 14:09 :
NOn c est juste l 'antithèse de votre AX chérie .
Réponse de le 25/07/2014 à 17:30 :
"propulsion à notre époque ça fait un peu ringard non!"
HO que non !!!!! essayer la propulsion, c'est l'adopter !!
Réponse de le 25/07/2014 à 20:57 :
Wé enfin... J'ai eu une série 3, donc je connais un peu, une propulsion, c'est pas mal pour se propulser dans les fossés, aussi, surtout quand la route est grasse.
Réponse de le 26/07/2014 à 16:38 :
moi j'ai une 335 286 cv 170 000 km.
rien que du plaisir.
en Allemagne no limit
pas de bruit, reprises a laisser bon nombre de porsche derrière
pas d'entretien coteux
QUE DU PLAISIR
et un diesel en plus
couple monstrueux
l'impression de conduite un avion
Réponse de le 27/07/2014 à 20:45 :
moi j ai une BMW 520 diesel j ai fais 380.000 et elle roule encore comme aux premiers jours! Roulez en Beeme est un plaisir!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :