Lagardère rattrapé par l'affaire de délit d'initié sur EADS Airbus

 |   |  256  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le groupe de médias précise dans un communiqué que les juges Serge Tournaire et Xavier Blanc ont mis en examen la personne morale Lagardère SCA pour délit d'initié, tout en lui précisant "ne détenir aucune preuve à son encontre".

Plus d'un an après avoir été blanchi par l'AMF, le groupe Lagardère a annoncé vendredi avoir été mis en examen par deux juges d'instruction pour délit d'initié dans la vente d'actions dans EADS.

Plusieurs anciens dirigeants d'Airbus ainsi que les groupes EADS et Lagardère sont soupçonnés par la justice d'avoir bénéficié d'informations privilégiées avant l'annonce de retards du programme du très gros porteur A380 en 2006.

Le groupe de médias précise dans un communiqué que les juges Serge Tournaire et Xavier Blanc ont mis en examen la personne morale Lagardère SCA pour délit d'initié, tout en lui précisant "ne détenir aucune preuve à son encontre".

"Lagardère SCA est pleinement confiante sur le fait que cette procédure se conclura, comme les précédentes, par sa mise hors de cause", fait valoir la société qui détient à ce jour 7,5% dans le groupe européen d'aéronautique et de défense.

L'Autorité des marchés financiers (AMF) avait établi que 17 des 21 membres des comités exécutifs d'Airbus et EADS ont cédé entre le 19 juillet 2005 et le 13 juin 2006 plus de 1,7 million de titres au total, réalisant une plus-value brute totale de 20 millions d'euros.

Fin 2009, la commission des sanctions de l'AMF avait mis hors de cause l'ensemble des parties concernées. Elle avait estimé que la connaissance par les suspects de retards dans le programme de l'A380, annoncés en juin 2006, "ne constituait pas une information privilégiée".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :