Deutsche Börse et Nyse Euronext précisent leurs concessions à la Commission de Bruxelles

 |   |  303  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Deutsche Börse et Nyse Euronext ont proposé de vendre leurs activités d'options sur actions en Europe et de donner accès à leurs concurrents à Eurex Clearing, chambre de compensation pour dérivés de la Bourse allemande, dans le but d'obtenir le feu vert des autorités communautaires à leur fusion.

Les deux opérateurs boursiers ont soumis leurs propositions à la Commission européenne jeudi soir, qui était la date limite pour proposer des solutions à leur position très forte sur les marchés dérivés. Ensemble, Deutsche Börse et Nyse Euronext seront le premier exploitant boursier mondial avec des activités se chevauchant dans les options et un quasi-monopole dans les futures en Europe.

Ce vendredi matin, les deux groupes ont confirmé avoir fait des concessions, portant notamment sur la cession des parts de leurs activités qui font double emploi.

Ils ont précisé que ces concessions visaient les questions de concurrence subsistant dans le trading de dérivés, ajoutant que l'examen de la fusion sous l'angle de la concurrence devait être achevé d'ici au 23 janvier 2012 et que la transaction serait bouclée peu de temps après.

Des sources proches du dossier avaient dit le mois dernier à Reuters que la Commission européenne examinerait seulement les transactions sur dérivés réalisées par l'intermédiaire d'un marché réglementé et non pas l'ensemble du marché des dérivés négociés de gré à gré (OTC).

Les deux places ont défendu leur rapprochement de 6,5 milliards d'euros auprès de la CE lors d'une réunion à huis clos fin octobre, arguant que l'exécutif européen devait l'examiner en termes d'impact sur le marché OTC et non pas seulement sur le segment réglementé qui est plus petit.

"Deutsche Börse et Nyse Euronext restent convaincus que la transaction n'aura aucun effet préjudiciable sur la concurrence, estimant au contraire qu'elle la renforcera en mettant sur pied un contrepoids européen aux places établies en Amérique et en Asie et en offrant plus d'efficacité à nos utilisateurs", précisent les deux opérateurs dans un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :