Les marchés respirent après l'intervention de Draghi (+2,85% à Paris)

Les annonces faites par le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi ont visiblement satisfait les marchés. Vers 16h30, les cours des principales places boursières européennes s'envolaient et, sur le marché obligataire, les taux d'emprunt des Etats se détendaient.

1 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

A la suite de la conférence de presse de Mario Draghi, les marchés financiers ont salué la décision du lancement d'un programme de rachat d'obligations sur le marché de la dette, annoncé par le président de la Banque centrale européenne (BCE).

Les Bourses à la fête

Les places boursières en Europe avaient d'abord réagi faiblement aux premières annonces de la BCE avant d'accélérer leur cadence lorsque les investisseurs ont commencé à prendre la mesure de l'ampleur des décisions. Vers 16h50, Paris gagnait 2,85%, Francfort 2,82% et Londres 1,99%. En Espagne et en Italie, pays directement concernés par l'annonce du nouveau programme de rachat d'obligations, les places boursières s'envolaient, Madrid gagnant 4,12% et Milan 3,78%.

Détente sur les taux d'emprunts espagnols et italiens

Sur le marché de la dette, les taux d'emprunt à long terme de l'Espagne et de l'Italie se détendaient fortement après la réunion de la BCE. Le taux de référence à 10 ans de l'Espagne reculait à 6,065% et celui de l'Italie à 5,315%. Profitant des espoirs placés dans la BCE, Madrid a passé avec succès un nouveau test jeudi matin, empruntant 3,5 milliards d'euros, le maximum visé, à des taux d'intérêt en forte baisse. Paris a, de son côté, levé près de trois milliards d'euros à dix ans au taux le plus bas de son histoire, à savoir 2,21%, contre 2,53% lors de la dernière opération similaire.

 

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 06/09/2012 à 19:07
Signaler
Les banques centrales sont devenues des bad banks. Là où on va se marrer c'est que la BCE retire (obligatoirement) autant de liquidité qu'elle en met dans les banques et les états. Soit, le crédit, NOUS pouvons faire une croix dessus. Le pied, non? L...

à écrit le 06/09/2012 à 18:17
Signaler
Il faut évidemment respirer lorsque l'on se fait taper sur les doigts pour éviter de hurler. Plus sérieusement on voit que ces opérations sont téléguidées par les grands états. Les fortunés trouvent cela normal. Il est évident pour eux qu'il ne faut ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.