Standard & Poor's relâche la pression sur Vivendi

 |   |  355  mots
Jean Rene Fourtou, President du Conseil de surveillance de Vivendi Copyright REA
Le conglomérat n'est plus sous « surveillance négative », catégorie dans laquelle l'avait placé l'agence de notation le 4 juillet dernier. Même si la perspective long terme reste « négative », cette annonce donne au titre un ballon d'oxygène.

La confiance revient sur Vivendi. Depuis ce vendredi, le conglomérat n?est plus sous surveillance négative, a annoncé Standard & Poor?s. L?agence avait mis l?entreprise dans cette catégorie le 4 juillet dernier. Selon la procédure, cette catégorie ouvre une période de surveillance de trois mois qui peut amener à une dégradation de la note de la société. En revanche, Vivendi, dont la note long terme est « BBB », reste sous « perspective  négative" pourrait être dégradée dans les 2 ans. Mais à court terme l?entreprise peut souffler. « C'est une très bonne nouvelle pour le groupe », a déclaré une porte-parole de Vivendi. A Paris, la nouvelle a été bien accueillie, puisque le titre montait de 1,2% à 15,9 euros en fin d'après-midi.

Si Standard & Poor?s lâche du lest, c?est parce que l?agence pense que « le groupe aura comme objectif de maintenir le profil du risque financier du groupe . Nous continuons de penser que les précédentes annonces de Vivendi sur la révision stratégique pourrait réduire son profil de risque dans le futur, en particulier parce que le groupe pourrait réduire la diversité de ses activités ou de ses localisations géographiques », indique le communiqué, qui fait allusion aux cessions potentielles de GVT ou Maroc Télécom.

Pour le moment, la perspective « négative » est maintenue en raison de SFR, attaqué par l?arrivée de Free sur le marché et de ses effets sur l?Ebitda du groupe. De fait, l?agence a révisé à la baisse ses propres révisions sur l'opérateur télécoms, tablant désormais sur une baisse à un chiffre du résultat brut d?exploitation, contre jusque là un chiffre stable. Mais l?agence compte sur les effets du plan de réduction des coûts pour stabiliser la marge du groupe, aux alentours des 25%, soit quand même 5 points de moins qu?en 2011. Globalement, l?équation financière de Vivendi se détériorera en 2012, en raison des acquisitions, de la 4G et d?une hausse des taxes.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2012 à 17:47 :
@ PNL: une erreur à plus d'un milliard d'euros ! Ce serait intéressant d'avoir la valorisation du SFR 2012 et de la comparer à celle du SFR 2008 + Neuf Cegetel...
a écrit le 26/10/2012 à 23:55 :
Le Conseil d'Administration de Vivendi a commis une grosse erreur en rachetant la part de Vodaphone dans SFR.
Bolloré est arrivé, et cela change tout. La stratégie, le profil financier, les perspectives, ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :