2,4 millions : c'est le nombre d'investisseurs particuliers perdus par la Bourse depuis 2008

Les petits porteurs ne représentent plus que 8,3% de la population française, contre 13,8% en décembre 2008, selon la 17e édition du baromètre TNS Sofres, réalisé pour la Banque Postale et Les Echos.

1 mn

Seulement 5% des Français se disent incités à acheter des actions, contre 20% en octobre 2001. Copyright Reuters
Seulement 5% des Français se disent incités à acheter des actions, contre 20% en octobre 2001. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le divorce est consommé entre les investisseurs particuliers et la Bourse. Les petits porteurs ne représentent plus que 8,3% de la population française, contre 13,8% en décembre 2008, selon le 17e baromètre TNS Sofres réalisé pour la Banque Postale et Les Echos. Depuis la fin 2008, soit au plus fort de la crise financière déclenchée par la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, la Bourse de Paris a ainsi perdu 2,4 millions d'investisseurs individuels.

Cette tendance ne semble pas près de s'inverser : malgré la hausse de 18,7% de l'indice CAC 40, au cours des douze derniers mois, 5% seulement des Français se disent incités à acheter des actions, contre 20% en octobre 2001, un mois après les attentats du 11-Septembre. Mêmes les investisseurs dits avertis font la fine bouche, 25% d'entre eux jugeant le moment opportun pour investir en Bourse, contre un pic de 52% à l'automne 2009, une année pourtant marquée par la récession économique. Echaudées par la crise financière de 2008, neuf personnes sur dix jugent les actions risquées.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 10/01/2013 à 10:39
Signaler
C'est pas facile de placer un portefeuille ou un club d'investissement avec la lourdeur des banques françaises et des ' traders ' équipés d'ordinateurs du dernier cri ...alors meme avec des notions de' chandeliers japonais' ou de 'gaps' ... le pet...

à écrit le 09/01/2013 à 18:09
Signaler
Bien sûr que la fiscalité y est pour beaucoup. Et certains (néophytes des questions économiques à n'en pas douter) se demandent "où est le problème (fiscal)" ? Il est pourtant évident ! L'investisseur en bourse risque 100% de son capital (où l'impôt ...

à écrit le 08/01/2013 à 18:03
Signaler
Comprends pas qu'on se plaigne de la taxation des plus values Elle est d'environ 30%, soit 70% de bénéfice net. Où est le problème ? Il est vrai que la bourse est peuplée de requins et les petits poissons ont intêret à se méfier. Mais une fois qu'on ...

à écrit le 08/01/2013 à 17:21
Signaler
Vu la fiscalité hors du PEA il n'y a aucune raison d'investir au grand dam du besoin des entreprises.Mais la bourse ce n'est pas que le CAC 40 qui ne représente que les plus grosses capitalisasion boursière réalisant de surcroît le plus gros de leur ...

à écrit le 08/01/2013 à 16:17
Signaler
[Parution] Moïse, le géant de l'Ancien Testament de la Bible, est de retour sur la terre. Vous en reviendrez pas. Comment cela peut-il être ? Tous les détails dans le lien qui suit : http://www.bingnws.com/2012/12/parution-moise-est-de-retour-sur-la-...

à écrit le 08/01/2013 à 14:50
Signaler
Si par chance le petit porteur parvient à ne pas se faire plumer par les professionnels, il y a fort à parier que le fisc ramasse la mise... alors pourquoi prendre des risques ?

le 08/01/2013 à 14:59
Signaler
Hors PEA effectivement aucune raison de prendre des risques sur des titres en direct, vraiment aucune.

le 08/01/2013 à 15:11
Signaler
Nous ne sommes plus au temps de la bulle,où chaque jour,il était possible de gagner net 100Euros!!!! Alors avec les mesures fiscales,et ce vent de sus aux riches,fermons le dossier,et bonjour la bourse de Londres.

à écrit le 08/01/2013 à 13:20
Signaler
Vous opposez des livres aux faits avérés sur les manipulations de cours (scandale du Libor,par exemple, même si c'était pour des raisons soit disant vertueuses) Vous devez être comme John Galt : un adepte de Bastiat. Bastiat ouh Akbar !

à écrit le 08/01/2013 à 13:14
Signaler
Il est vrai que perdre une première fois n'est peut-être pas suffisant pour bien comprendre. Il faut rejouer :-)

à écrit le 08/01/2013 à 13:02
Signaler
Malheureusement, les particuliers investissent toujours lorsque la situation économique va bien. Du coup, ils sont souvent perdant. C'est le moment d'investir en bourse, n'attendez pas que le CAC revienne sur 5000!!!

le 08/01/2013 à 17:36
Signaler
Mais oui Jean Pierre Gaillard =) blablabla ...

à écrit le 08/01/2013 à 12:36
Signaler
La bourse est essentiellement une affaire de voyous de la finance ... bien aidés par les politicrads de tous poils ...

le 08/01/2013 à 13:01
Signaler
Je vous invite à lire quelques livres d'économie car apparement vos notions en économie sont moins que basique.

le 08/01/2013 à 20:31
Signaler
ça dépend de ce que l'on appelle les livres d'économies. Tous ceux que j'ai lu traitent de théories, pas de l'imperfection du réel. ( On peut même parler de théologie pour le courant dominant présenté comme la seule voie possible ). Et en ce qui conc...

le 08/01/2013 à 21:49
Signaler
Mais oui il faut investir c le moment !!!!!

à écrit le 08/01/2013 à 11:50
Signaler
Les petits boursicoteurs ont peut être compris que leur argent servait à constituer les plus values des gros investisseurs. En clair : la bourse n'est pas faite pour les pigeons amateurs ...

à écrit le 08/01/2013 à 11:29
Signaler
Quand tous les petits porteurs auront découvert qu'ils ont perdu le crédit d'impôts de 50% des dividendes plafonné à 115 euros(une somme extravagante n'est ce pas)sous le gouvernement précédent et maintenant l'abattement forfaitaire de 1525 euros,leu...

à écrit le 08/01/2013 à 11:18
Signaler
Ils reviendront en bourse quand elle sera à 5000 points/ CAC. Quand TF1 nous montrera en boucle des golden- boys auto-proclamés se demandant si ils vont acheter Porche ou Ferrari. Mais comme d'habitude on ne sera plus loin de la baisse...Ceci dit com...

le 08/01/2013 à 12:10
Signaler
tellement bien résumé !

à écrit le 08/01/2013 à 10:54
Signaler
Pas étonnant: entre la chute des cours, l'obscurité des manoeuvres financières, la taxation à tout va des dividendes et des éventuelles plus-value ainsi que des transactions, le particulier lambda ne peut que se faire plumer avec la bourse. Tant que ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.