La faiblesse de l'économie Française

 |   |  412  mots
DR
DR
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino

MonFinancier

L'indice Markit sur l'activité économique était inquiétant. Il recule dans la zone euro. Mais c'est en France que le niveau est le plus désastreux avec une baisse de 1.3 en juin à 48 points. Un nouveau record de baisse. Ce qui est perturbant c'est que la politique de liquidités abondantes de la Banque Centrale Européenne n'a pas d'impact sur l'économie réelle.

LA ZONE EURO DANS LE ROUGE
Recul de l'activité économique dans la zone euro: ce qui se passe en zone euro est troublant. La Banque Centrale Européenne a largement ouvert les vannes des liquidités mais cela n'a aucun impact sur l'économie réelle. Les taux à zéro et l'engagement de Draghi ont permis de sauver les banques et de faire monter les indices boursiers mais toujours aucune reprise économique à l'horizon. Une partie de la zone euro n'a toujours fonctionné que sur un seul moteur : la consommation. Et compte tenu du niveau du chômage et de la perte généralisée de pouvoir d'achat, la consommation stagne. Et les ménages Français commencent même, et on l'a vu avec la baisse des encours du livret A au mois de Mai, à puiser dans leur épargne.

LA FRANCE DANS LE GROS ROUGE
Et les autres moteurs de l'économie Française ? Les exportations patinent et l'investissement ne repart pas. La vraie surprise de ce cycle économique c'est que l'abondance de liquidités ne profite pas à l'économie réelle. La BCE a rétabli la confiance dans le système financier mais les politiques n'ont toujours pas rétabli la confiance dans la gestion économique du pays. C'est très ennuyeux. Voir l'édito en vidéo

SELON LES MÉDIAS FRANÇAIS
Montebourg se tâte. Il se demande à quel moment il doit quitter le gouvernement pour tenter de fédérer la "gauche de la gauche". Notre avis? Le plus tôt possible...

LE COURS D'ALSTOM
a chuté de plus de 4% hier. Merci qui ?

PASSE MOI LE OINJ
Le Colorado cartonne. Depuis qu'il est légal, le commerce du cannabis est en plein boum et les prix explosent. Selon les Échos, une douzaine d'États Américains vont suivre...

TAPIS ROUGE
Il fallait voir le président et tous ses ministres se courber devant le nouvel émir du Qatar pour obtenir quelques miettes...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

X

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2014 à 8:32 :
l'economie réelle ne peut pas repartir en fanfare , la BCE inonde de liquidités les banques , ces dernières au lieu de prêter a l'économie réelle , place cet argent ou ? , ben dans la dette publique qui rapporte et est moins a risque qu'une entreprise ou un ménage .. le noeud gordien est en place ..
a écrit le 24/06/2014 à 22:49 :
Comme toujours vous pensez comme les libéraux que c'est une question de confiance. Que si l'Etat diminue ses dépenses pour de bon, les ménages vont se mettre à consommer et dépenser de l'argent qu'ils n'ont pas. Non le problème c'est que dans toute économie développée le moteur principal de l'économie est la consommation. Si on la tue par trop d'austérité on arrivera jamais à retrouver une croissance qui permette de se désendetter à un rythme raisonnable. Pourquoi diable une entreprise investirait, embaucherait si personne n'achète ses produits? Sans demande, l'offre est morte.
Réponse de le 25/06/2014 à 8:34 :
en plus coté taxes sur la consommation de différents secteurs et produits ces dernières années furent fastes , un vrai concours lepine de la taxe , pas étonnant que le dessaroi des consommateurs soit a son paroxysme , pendant ce temps là des rentiers ultra connus vont s'exiler fiscalement .. quand a la demande on peut offrir x2, X4 et meme donner des subventions pour les cotisations sociales , tant que la demande ne repart pas , tout cela ne sert a rien sauf a créer encore plus de dettes ..
a écrit le 24/06/2014 à 17:16 :
Quand je lis Fiorentino et un vrai économiste comme Jacques Sapir c'est édifiant la différence.
a écrit le 24/06/2014 à 16:15 :
La "mondialisation" de l'économie déséquilibre les économies nationales;la précarité sociale
s'installe partout,y compris dans les pays où le PIB flambe...Et ce sont toujours les + dému
nis qui en supportent les conséquences(2/3 de l'humanité).Vous avez dit "bizarre"...?
a écrit le 24/06/2014 à 15:53 :
Et si notre faiblesse était dûe à un excès de règlements ( exemple notre Code du Travail avec ses milliers de pages et 5.200.000 chômeurs. En Suisse 60 pages et 3% de chômeurs), et à la fonctionnarisation du citoyen, y compris des employeurs ? ces derniers pestent contre les taxes...et demandent des subventions pour embaucher, faire de la R&D, exporter.... !!!!
Réponse de le 24/06/2014 à 17:14 :
82 % des gens en 2013 ont été employés en cdd. vous croyez qu'il faut aller plus loin comme Fiorentino?
a écrit le 24/06/2014 à 13:57 :
en mai les français prennent dans la caisse d'épargne pour payer l'impot
a écrit le 24/06/2014 à 12:09 :
vous avez parler du cours d'Alstom mais pas de ses employés. dommage !
Réponse de le 24/06/2014 à 16:23 :
En d'autres temps,Alstom-qui ne valait qu'1 Euro-suscite bien des intérêts...A quand
le tour de Dassault...?
a écrit le 24/06/2014 à 12:06 :
on voit une fois de plus que l'euro et sa zone euro ne marche pas sauf pour les banquiers.
a écrit le 24/06/2014 à 12:04 :
Fiorentino nous donne la solution avec l'exemple du Colorado : dépénaliser le cannabis. Au moins il nous fait bien rigoler.
a écrit le 24/06/2014 à 11:48 :
Ce cher Marc F. est toujours le même. C’est pourtant évident, il suffît de mettre les taux à zéro pour que le peu d’entreprises performantes en France se multiplient par mille, et si nos entreprises performantes sont si peu nombreuses c’est dû à nos politiques qui sont pourtant en charge, comme tout le monde le sait, de créer des entreprises et de bons plans produits… Heureusement que les politiques existent pour servir de boucs émissaires !
Réponse de le 24/06/2014 à 16:20 :
Tant que l'ESS restera aussi marginale et que le "citoyen-lambda" restera plus un
instrument qu'un acteur de sa propre condition,rien ne changera;tout va empirer...
a écrit le 24/06/2014 à 10:13 :
Sept ans pour enfoncer une porte ouverte ! Ennuyeuse, troublante pareille surprise devant la découverte que la cavalerie financière ne profite pas à l'économie réelle ! Qui doit prendre les pertes de cette cavalerie ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :