La Bourse de Paris applaudit l'offre de Veolia sur Suez faite à Engie

La Bourse parisienne suivait lundi matin la route tracée la semaine dernière (progression du CAC 40 de 2,18%) avec comme moteur, cette fois, des indicateurs économiques plutôt bien orientés en Asie avec la hausse inattendue de la production industrielle de 8% en juillet au Japon. Mais la proposition du géant du traitement de l'eau et des déchets Veolia de racheter à Engie l'essentiel de sa participation dans Suez, a également renforcé l'optimisme des investisseurs, comme en témoigne le bond de ces trois valeurs ce matin sur la place de Paris.

3 mn

(Crédits : Charles Platiau)

La Bourse de Paris avançait de 0,80% à l'ouverture lundi, aidée par la progression de la Bourse du Japon dans le sillage d'indicateurs économiques plutôt bien orientés en Asie.

À 9H35 (7H35 GMT), l'indice parisien gagnait 39,9 points à 5.042,84 points.

Les indices européens "suivent la tendance en Asie", observait peu avant l'ouverture la société Factset dans sa note de marché.

Les indices asiatiques dans le vert

Lundi matin, les investisseurs surveillaient trois indicateurs asiatiques, au rang desquels le bond de la production industrielle de 8% en juillet au Japon, une hausse nettement supérieure aux attentes qui confirme la reprise économique dans le pays.

Les deux principaux indices japonais, le Nikkei et le Topix, progressaient d'environ 1% en conséquence.

En Chine, l'activité manufacturière a montré des signes de tassement en août après six mois de croissance significative, à la suite d'inondations massives. Mais l'activité dans les services a montré sa robustesse.

Taux d'intérêt plancher

La Bourse parisienne suivait lundi matin la route tracée la semaine dernière: le CAC 40 avait alors avancé de 2,18%.

La semaine a été marquée par l'annonce que la Banque centrale américaine (Fed) allait desserrer son étau en matière d'objectif de lutte contre l'inflation.

Entre promesse en creux d'une politique plus accommodante et simple confirmation de sa stratégie entamée ces derniers mois, l'annonce du président de l'institution Jerome Powell a été diversement analysée.

"Ce n'est pas la menace d'un chômage de masse (...) qui préoccupe les autorités monétaires mais la manière dont elles devront aborder la situation lorsque le taux de chômage sera retombé si bas qu'il pourrait menacer de faire remonter l'inflation", réagissait encore lundi Véronique Riches-Flores, de Riches Flores Research, évoquant la "diversion" de la Fed.

La perspective de taux d'intérêt au plancher pendant une période très prolongée réjouissait toutefois les investisseurs qui en profitent déjà depuis plusieurs années sur les marchés financiers.

Au cours de cette dernière semaine d'août, la banque centrale américaine a un peu ranimé un marché boursier aux échanges très limités tout au long de l'été. Le CAC 40 a tout de même grappillé plus de 4% en août et évolue autour de la barre symbolique des 5.000 points.

LES VALEURS À SUIVRE: Veolia, Suez, Engie

Parmi les valeurs du jour, le géant du traitement de l'eau et des déchets Veolia (+3,69% à 19,81 euros), ambitionnant de constituer un "super champion mondial" en intégrant son concurrent Suez (+19,85% à 17,44 euros), a remis dimanche à Engie (+6,02% à 14,05 euros), grand actionnaire de Suez, une offre ferme à 2,9 milliards d'euros, portant sur l'essentiel de sa participation.

Lire aussi : Veolia veut renforcer son leadership mondial en acquérant Suez

H2O, la filiale britannique de gestion d'actifs de la banque Natixis (-0,37% à 2,91 euros), a annoncé vendredi avoir suspendu huit de ses fonds en raison "d'incertitudes de valorisation" affectant certains des titres dans lesquels ils sont investis.

Le gouvernement discute avec le constructeur Dassault Aviation (+0,82% à 950,06 euros) d'un possible ajustement de "calendrier" pour la commande de 30 chasseurs Rafale, initialement prévue pour 2023, afin de l'aider à faire face à la crise du secteur aéronautique, a déclaré dimanche la ministre des Armées.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 03/09/2020 à 13:06
Signaler
que dit le gendarme de la concurrence sur ce projet de constituer un monopole du traitement de l'eau et des déchets au moins sur tout le territoire du pays ?

à écrit le 01/09/2020 à 7:26
Signaler
dans deux ans vous aurez combien de sans emploi en plus et les actionnaires combien de kg d'or en plus et tout cela au non de la mondialisation que seul nos technocrate francais continue a croire a ce monde fini

à écrit le 31/08/2020 à 14:28
Signaler
Comme Caligula, Véolia s'enrichit sur nos égoûts et nos poubelles et on continue d'élire des maires relou ne s'intéressant pas à ses administrés sinistrés, lol!

à écrit le 31/08/2020 à 10:23
Signaler
FRANCE 1956: 3 ème puissance économique mondiale 2020: 6 ème puissance économique mondiale. Oui vous pouvez continuer de vous applaudir et vous féliciter pour vos stratégies aussi nulles cumulées, demain 7 ème ? Allez les champio...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.