Le patron de Volkswagen présente...ses excuses

 |  | 386 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

Martin Winterkorn, le patron de Volkswagen, a reconnu la fraude massive et le trucage de plus de 10 millions de véhicules. Face à ce séisme planétaire, il a présenté ses excuses, mais pas sa démission...

ENTSCHULDIGUNG

« Je m'excuse, nous allons tout faire pour regagner votre confiance pas à pas. » Voilà le message délivré par le patron de Volkswagen quelques heures après que le groupe eut admis que quelque 11 millions de voitures du groupe dans le monde étaient équipées d'un logiciel servant à falsifier les résultats de contrôles anti-pollution. L'action Volkswagen a perdu environ 35% en Bourse à Francfort depuis lundi matin. Martin Winterkorn est désolé mais il reste en place. Culotté quand même...

INSATIABLES AMÉRICAINS

La méga amende pour Volkswagen et la probabilité de voir d'autres constructeurs passer à la caisse ne rassasient pas la justice américaine. Elle s'attaque aussi au secteur de l'énergie, et c'est Total qui est dans son collimateur. Le groupe pétrolier français est soupçonné d'avoir manipulé le marché du gaz naturel dans le sud-ouest des États-Unis de juin 2009 à juin 2012. Total a jugé infondées ces accusations en se disant "convaincue que sa filiale TGPNA ou ses employés n'avaient commis aucune de ces allégations de la Ferc". Mais en qui peut-on avoir confiance aujourd'hui ?

LA CHINE, CE PAYS HONNÊTE

Le président chinois XI Jinping est en visite aux États-Unis. Il a répondu aux plaintes des entreprises américaines sur des attaques informatiques qui seraient opérées par leurs concurrents chinois. Il a insisté sur le fait que « La Chine est un fervent défenseur de la cybersécurité » et a aussi laissé entendre que les menaces de sanctions économiques étaient inopportunes. Pas de méga amende, ok ?

SECOUSSES EN CHINE

Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas... Le moteur chinois est bien cassé avec une industrie manufacturière au plus bas en six ans et demi. Les doutes sont permis quant à la capacité de Pékin à parvenir à environ 7% de croissance cette année. Une nouvelle dévaluation au programme ?

TERRIBLES CHIFFRES

Jugez vous-même. La dette publique de la France va continuer de grossir pour culminer...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :