Scandale financier et perte record : Toshiba continue de s'effondrer en Bourse

 |  | 490 mots
Lecture 3 min.
Masashi Muromachi, PDG de Toshiba, prévoit d'ouvrir à des investisseurs tiers le capital de sa division d'équipements médicaux.
Masashi Muromachi, PDG de Toshiba, prévoit "d'ouvrir à des investisseurs tiers le capital de sa division d'équipements médicaux". (Crédits : THOMAS PETER)
Au lendemain de l'annonce de prévisions de pertes annuelles record, l'action du groupe japonais a fortement dévissé, mardi, avec une chute de 12,28% à la Bourse de Tokyo, touchant un plus bas depuis 2009.

Article mis en ligne le 22/12 à 08:02, mis à jour à 11:28.

Les conséquences du vaste scandale financier révélé en juillet n'ont pas fini de peser sur Toshiba. L'action du conglomérat japonais dévissait encore fortement, de 12,28%, mardi matin à la Bourse de Tokyo, au lendemain de l'annonce de la prévision d'une perte nette annuelle record de 550 milliards de yens (4,2 milliards d'euros) et d'un changement de stratégie qui le pousse à supprimer 10.600 postes dans le monde.

Une demi-heure après l'ouverture du marché, le titre Toshiba abandonnait jusqu'à 19,50 yens à 235,30 yens, son plus bas niveau depuis au moins le début de cette année. Il a déjà perdu 9,80% lundi et plus de 50% depuis avril dernier, du fait de la mise au jour de malversations comptables sur plusieurs années.

L'action Toshiba avait déjà plongé de 9,80% lundi, et depuis les premières révélations de malversations financières, en avril, elle a perdu 56%.

Un bénéfice net surévalué

Entre 2008 et 2014, trois PDG de Toshiba et plusieurs de leurs collaborateurs se sont rendus coupables d'artifices financiers qui ont abouti à surévaluer le bénéfice net des exercices concernés de 155,2 milliards de yens (1,1 milliard d'euros).

Ces pratiques ont masqué la mauvaise santé de plusieurs divisions que le groupe est désormais contraint d'assainir. La direction de Toshiba a présenté lundi après-midi un plan de restructuration qui touche essentiellement ses activités de produits grand public (PC, TV, électroménager) dont la taille va être notablement réduite: un tiers de leurs effectifs vont disparaître (80% dans l'activité des TV).

Du recentrage des activités...à la cession ?

Par ailleurs, Toshiba prévoit "d'ouvrir à des investisseurs tiers le capital de sa division d'équipements médicaux (systèmes d'imagerie et autres appareils pour hôpitaux) pour renforcer les fonds de cette structure".

Cette façon de présenter les choses est vue par les acteurs de la Bourse de Tokyo comme l'aveu que l'activité risque purement et simplement d'être cédée en tout ou partie. Bilan, Toshiba, qui a pourtant construit son image de marque auprès des consommateurs grâce à ses télévisions, PC portables et autres produits audiovisuels, informatiques ou électroménagers, se dirige vers un resserrement de son portefeuille autour de deux piliers principaux : les équipements pour la production d'électricité et l'énergie et le stockage de données.

Moody's prend acte et abaisse sa note

L'agence de notation financière Moody's a abaissé de deux crans, à Ba2, la note du conglomérat industriel, désormais en catégorie spéculative. Cette décision "a été déclenchée par la présentation par Toshiba de son plan de réformes structurelles et de ses prévisions financières pour l'exercice qui s'achèvera le 31 mars 2016", a expliqué Moody's dans un communiqué, ajoutant que la note était placée sous surveillance en vue d'une éventuelle nouvelle dégradation.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :