Hervé Novelli : "Une réponse à l'exercice d'activités non déclarées"

Hervé Novelli, Secrétaire d'Etat chargé du Commerce, de l'Artisanat, des PME, du Tourisme et des Services, explique les raisons d'être du statut d'autoentrepreneur.

Quels constats sont à l'origine de la création du statut de l'auto-entrepreneur ?

À mon arrivée au Ministère, j'ai constitué trois groupes de travail sur les simplifications administratives, fiscales et sociales. Très vite, l'idée d'une création d'entreprise simplifiée s'est imposée à moi. Puis, au-delà de l'idée de simplification, je me suis aperçu que ce projet nourrissait d'autres attentes, notamment celle d'une véritable égalité des chances. Enfin, outre l'engouement et la curiosité que j'ai pu constater dans les salons professionnels pour le régime de l'auto-entrepreneur, il m'est apparu qu'il constituait pour bon nombre de Français une réponse spontanée aux difficultés économiques actuelles.

Le risque de désenchantement n'est-il pas à la hauteur des espoirs suscités ?

Ce régime constitue une réponse à l'exercice de certaines activités de façon non déclarée. En effet, de nombreux professionnels à statut mal défini trouveront là une façon transparente d'exercer. Ainsi des travailleurs saisonniers, des chambres d'hôtes, des brocanteurs... De même, tous ceux qui font du e-commerce ont là un moyen de continuer à pratiquer, cette fois en toute légalité. Ce fort potentiel devrait nous prémunir du désenchantement. Néanmoins, il faut être réaliste : s'il permet de limiter les conséquences d'un échec, le statut de l'auto-entrepreneur ne rendra pas viable une idée qui ne l'est pas.