Chômage des seniors : tordre le cou aux idées reçues

La proximité de l'âge de la retraite déprime la demande et l'offre de travail des seniors.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

En ce temps de Pâques, il est convenable de méditer sur des mea culpa. Celui du président du groupe PS à l'Assemblée nationale, M. Jean-Marc Ayrault, est enraciné sur le roc de la vérité économique : "l'emploi des seniors a servi de variable d'ajustement depuis plus de trente ans parce que l'on pensait que l'emploi des jeunes s'en trouverait amélioré ; c'est le contraire qui s'est produit." Cette déclaration faite avec dignité le 14 septembre dernier pendant le débat sur la réforme des retraites est parfaitement exacte. Elle tord utilement le cou à une idée répandue - à droite comme à gauche - selon laquelle des départs massifs à la retraite feraient baisser le chômage.

Cette idée répandue est une idée tordue. En premier lieu, les statistiques ne font apparaître aucun lien stable entre les évolutions de la population active et du chômage. Avant les années 1980, les variations du chômage étaient relativement faibles en France alors que la croissance de la population active était vigoureuse. Et, entre 1997 et 2008, le chômage a diminué, mais pas la population active.

Par ailleurs, comme le rappelle Jean-Marc Ayrault, aucun vase communicant entre l'emploi des seniors et l'emploi des jeunes n'a été observé depuis trente ans. De 1982 à la fin des années 1990, le taux de participation des 55-65 ans est passé de plus de 40 % à moins de 30 %. Une étude publiée en 2008 par l'École d'économie de Paris note que le taux d'emploi des 20-24 ans a chuté de 50 % à 25 % sur la période. Et depuis dix ans, les taux d'emploi des seniors et des jeunes ont augmenté de concert.

Point de mystère derrière ces chiffres. Une hausse du volume de main-d'oeuvre fait naître une demande qui favorise en soi l'emploi. Si le marché du travail est flexible, des créations rapides de postes sont possibles et le chômage revient vite à son niveau initial. Des départs à la retraite massifs freinent la dynamique de la population active, certes, mais ils pèsent aussi sur la production de richesses, les revenus distribués, la demande et l'emploi. Au final, le chômage change peu. Les évolutions démographiques peuvent modifier transitoirement le chômage si elles sont rapides car l'ajustement de l'emploi n'est pas immédiat. Mais elles sont souvent lentes : leur influence sur le chômage d'un trimestre à l'autre est donc faible.

Par ailleurs, les études disponibles suggèrent qu'une hausse de l'âge de la retraite tend à favoriser une hausse du taux d'emploi des seniors. Plus la date de retraite est proche, moins l'investissement dans l'emploi des seniors (par la formation, les coûts de recrutement...), ou des seniors dans l'emploi, est rentable. La proximité de l'âge de la retraite déprime la demande et l'offre de travail des seniors. En revanche, une hausse de l'âge de la retraite favorise l'emploi des salariés âgés même si d'autres politiques d'accompagnement demeurent souhaitables.

Les idées tordues sur l'âge de la retraite et l'emploi ont longtemps inspiré des politiques économiques pousse-au-crime. Prendre l'emploi des seniors pour essayer de le donner aux jeunes, c'est un baiser de Judas qui tue la croissance et creuse les déficits. En partie parce que l'emploi des jeunes n'est pas celui des seniors : selon l'Insee, 45 % des jeunes salariés ont un emploi de profession intermédiaire ou de cadre alors que les seniors ont plus souvent une activité indépendante. Les emplois des seniors ne sont pas toujours transmis à des jeunes et disparaissent assez souvent avec le départ en retraite. Ensuite, le sous-emploi des seniors limite le nombre de bras au travail dans l'économie : le Conseil d'analyse économique estime que la création de richesse s'en trouverait déprimée de 24 milliards d'euros (soit plus de 1 point de PIB). Enfin, le coût des préretraites pour les finances publiques aurait atteint un pic de ? 0,5 % de PIB en 2002, selon le ministère de l'Économie : c'est cher pour un dispositif qui ne réduit pas le chômage.

En un mot, la quantité d'emplois n'est pas un gâteau à taille fixe qu'il faut partager avec les chômeurs. Les mauvais cuistots des 35 heures l'ont pourtant cru. Ils ressortent aujourd'hui un discours recuit en combattant la salutaire hausse de l'âge de départ à la retraite. On mesure ainsi l'antériorité et la nocivité des idées tordues qui rampent encore dans les recoins du débat économique. Quelques jours après Pâques, espérons qu'un peu de lumière économique les balayera.

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 19/03/2012 à 16:35
Signaler
@ EIFFEL, on commence à le savoir que vous avez + de 60 ans et que vous travaillez encore, j'espère que je ne serais pas censuré, car cette internaute à trop tendance à dire la même chose.

à écrit le 19/03/2012 à 9:13
Signaler
Les 35 heures sont une bonne chose et permettent aux salariés de continuer à travailler jusqu'à un âge avancé. J'ai 63 ans et je me plais au travail comme encore jamais. La retraite devrait être à la carte, à partir de 65 ans.

à écrit le 11/05/2011 à 20:35
Signaler
Voilà un excellent article qui remet les bonnes idées à l'endroit! Je suis complètement d'accord avec l'analyse.

à écrit le 09/05/2011 à 14:53
Signaler
"En un mot, la quantité d'emplois n'est pas un gâteau à taille fixe qu'il faut partager avec les chômeurs." Eh bien pour moi si. Pour avoir travaillé longtemps dans les grands groupes, je peux vous dire que les bureaux pullulent de gens biens payés à...

le 06/07/2011 à 8:37
Signaler
Tout à fait d'accord avec vous.

à écrit le 09/05/2011 à 6:17
Signaler
Ceci est un ensemble d'affirmations tendancieuses, pas un raisonnement.

à écrit le 08/05/2011 à 20:30
Signaler
Conclusions hâtives d'une analyse un peu brouillonne : suppimer les aides au départ en fin de carrière est un rempart contre la progression de la Pauvreté. La seule chose qui permet de mesurer la santé économique d'un pays, c'est justement l'évolutio...

à écrit le 07/05/2011 à 17:18
Signaler
Mais non la proximité de l'age de la retraite ne déprime pas l'offre. Voyez, il a semble t il beaucoup de français qui veullent un retraité à la tête du pays. ( DSK)

à écrit le 07/05/2011 à 17:18
Signaler
Mais non la proximité de l'age de la retraite ne déprime pas l'offre. Voyez, il a semble t il beaucoup de français qui veullent un retraité à la tête du pays. ( DSK)

à écrit le 07/05/2011 à 14:51
Signaler
Quelle interet d'une telle étude ? Et quelle conculusion tordue on peut en tirer ? Les francais ont largement profite du système des pré retraites, les vases communiquants dans ce domaine n'existe pas, mais nous le savons tous. Une fois que l'on a...

à écrit le 07/05/2011 à 14:21
Signaler
Le licenciement sans indemnité des apprentis sorciers qui ont, pendant des décennies, ignoré les réalités du chômage des jeunes et des seniors (ou n'ont rien fait pour les comprendre et admettre), s'impose. M. J.M. Ayrault pourrait du reste envisager...

à écrit le 07/05/2011 à 9:00
Signaler
"Elle tord utilement le cou à une idée répandue - à droite comme à gauche - selon laquelle des départs massifs à la retraite feraient baisser le chômage." Oui, enfin... une idée répandue dans toute la gauche et dans une partie de la droite seulement....

à écrit le 07/05/2011 à 6:48
Signaler
Bonjour , et M. Ayrault il prend sa retraite quand ?????

le 07/05/2011 à 16:36
Signaler
@ Tonka: il prendra sa retraite quand les Ayrault seront fatigués :-)

à écrit le 07/05/2011 à 3:14
Signaler
les concepts économiques érronés sont légions, au hasard : - L'état créé de la richesse - Le progrès technologique provoque du chaumage - La concurrence des pays pauvre nous appauvri j'en passe et des meilleures

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.